Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Évangéliser, Page 137

Le manque de lucidité — On a perdu du temps, un temps précieux. On a laissé passer de précieuses occasions sans en avoir tiré profit, parce qu'on a manqué de lucidité spirituelle et d'hommes compétents, capables de faire des plans pour trouver les moyens de déjouer les ruses de l'ennemi. Év 137.1

Sentinelles assoupies, que dites-vous de la nuit? Cf. Ésaïe 21:11. Ne savez-vous pas à quelle heure de la nuit nous sommes? Ne sentez-vous pas qu'il est de votre devoir de donner l'alarme et de transmettre les avertissements pour notre temps? Sinon, descendez de la muraille de Sion; car ce n'est pas à vous que Dieu confiera la lumière qu'il tient en réserve. La lumière n'est donnée qu'à ceux qui la réfléchissent sur leurs semblables. — Manuscrit 107, 1898. Év 137.2

Sauvegarder la dignité de la chaire

La dignité requise du prédicateur — En chaire, un certain nombre de règles sont nécessaires. Un ministre de l'Église ne devrait pas être indifférent à l'image qu'il donne. S'il est le représentant du Christ, son comportement, son maintien, ses gestes ne devraient en rien choquer l'assistance. Les prédicateurs doivent être raffinés. Ils devraient éviter toutes les attitudes et tous les gestes vulgaires, et adopter un comportement caractérisé par une dignité empreinte d'humilité, des vêtements en harmonie avec le respect de leur fonction, des paroles, toujours solennelles et bien choisies. — Testimonies for the Church 1:648, 649 (1868). Év 137.3

Attitude à respecter — Ce qui est répréhensible se révèle souvent sur la chaire. Un prédicateur sur l'estrade, parlant à une personne de l'assemblée avec familiarité et riant, est inconscient de ses responsabilités et n'a aucun sens du caractère sacré de son ministère. Il va jusqu'à déshonorer la vérité. — Testimonies for the Church 2:612, 613 (1871). Év 137.4

Un sacrilège — Parfois, les assemblées du peuple de Dieu ont été conduites avec une telle désinvolture que c'était une offense à Dieu et à sa sainteté. — Lettre 155, 1900. Év 137.5

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»