Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Avec Dieu chaque jour, Page 157

Le corps, serviteur de l'esprit, 24 mai

Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse. 2 Timothée 1:7.

Chaque organe a été formé pour être au service de l'esprit.104Testimonies for the Church 3:136. Le cerveau est le poste de commandement du corps; c'est le siège de toutes les énergies nerveuses et de toutes les activités mentales. Les nerfs émanant du cerveau dirigent le corps. Comme des fils télégraphiques, ils transmettent les impressions à tous les autres nerfs et ils contrôlent l'action vitale de toutes les parties du système nerveux. Tous les mouvements sont dirigés par les communications reçues du cerveau.105Testimonies for the Church 3:69.

C'est seulement par le moyen des nerfs cérébraux qui sont en relation avec tout l'organisme que le ciel peut communiquer avec l'homme et atteindre sa vie intime. Tout ce qui trouble le fonctionnement du courant électrique dans le système nerveux diminue les facultés vitales et amoindrit la sensibilité de l'esprit.106Testimonies for the Church 2:347.

Les parties du corps qu'on ne traite pas avec soin informent immédiatement le cerveau du tort qu'on leur fait subir.107Education, 125.

Ne considérons pas seulement comme un privilège, mais comme un devoir sacré, la connaissance des lois de Dieu qui régissent notre corps. [...] Et si les hommes comprennent mieux le fonctionnement de l'organisme... ils s'efforceront d'assujettir leur corps aux nobles facultés de l'esprit. Ils le considéreront comme une construction merveilleuse faite par le Créateur tout-puissant, comme une vraie harpe aux mille cordes qui leur est confiée pour en assurer le fonctionnement harmonieux.108The Health Reformer, septembre 1871.

Pour que notre vie chrétienne soit une réussite il est de toute importance que nous développions une âme saine dans un corps sain.109The Health Reformer, novembre 1871.

Le fonctionnement harmonieux et sain de nos facultés physiques et cérébrales procure le bonheur; plus ces facultés sont sublimées et nobles, plus ce bonheur est pur et élevé.110The Review and Herald, 29 juillet 1884.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»