Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Avec Dieu chaque jour, Page 190

Ne dites rien qui puisse blesser ou attrister, 25 juin

Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu'il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses, qu'il s'éloigne du mal et fasse le bien, qu'il recherche la paix et la poursuive. 1 Pierre 3:10, 11.

Que de souffrances, que de souillures, que de malheurs n'éviteraiton pas si l'on veillait constamment sur ses lèvres pour les garder des paroles trompeuses! Si nous ne prononcions jamais de mots sévères ou durs, à moins que ce ne soit pour reprendre le péché si c'est nécessaire et pour éviter que Dieu soit déshonoré, que de malentendus, que d'amertumes, que d'angoisses seraient supprimés!

Si nous prononcions, au contraire, des paroles d'encouragement, des paroles d'espoir et de foi en Dieu, nous répandrions sur le chemin des autres une lumière qui serait ensuite reflétée en rayons plus éclatants sur nos âmes. [...] Le plan de Dieu tel qu'il est révélé dans les saintes Écritures ouvre une voie grâce à laquelle l'homme peut s'assurer le bonheur et prolonger ses jours sur la terre, jouir des faveurs divines et se garantir une vie future qui sera sur le modèle de la vie de Dieu.81The Review and Herald, 16 octobre 1883.

Beaucoup de gens accusent la Providence des ennuis et des épreuves dont ils souffrent lorsqu'en réalité c'est là le résultat de leur propre conduite. Ils se croient mal traités par Dieu alors qu'ils sont seuls responsables des maux qu'ils endurent. Notre bon et tendre Père céleste a établi des lois qui favorisent la santé physique, morale et mentale, si on les observe.

Dieu exige que nous soumettions notre volonté à la sienne mais il ne nous demande pas de renoncer à ce qui concourt à notre bien. Nul ne peut être heureux s'il consacre sa vie à des plaisirs personnels. Une attitude d'obéissance à l'égard de l'Éternel est la plus sage que nous puissions adopter, car elle engendre la paix, le contentement et le bonheur. [...]

Si les hommes se mettaient en relation étroite avec Dieu en observant les conseils de sa parole, ils échapperaient à une infinité de dangers et ils expérimenteraient une paix et un contentement qui feraient de leur vie une vie de joie et non un fardeau.82The Review and Herald, 16 octobre 1883.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»