Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Avec Dieu chaque jour, Page 351

Victorieux par l'amour, 26 novembre

La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n'est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil. 1 Corinthiens 13:4.

Il faut que ceux qui ouvrent leur cœur et leur foyer pour inviter Jésus à demeurer avec eux, y maintiennent une atmosphère morale dépourvue de querelle, d'amertume, de colère ou même de paroles désobligeantes. Le Seigneur ne peut pas résider dans un foyer où règnent la discorde, l'amertume et la haine. [...]

L'apôtre Paul professait une religion vivifiante. L'amour du Christ était son thème essentiel, la puissance contraignante qui dirigeait sa vie.

Placé dans les circonstances les plus décourageantes et susceptibles d'abattre maints chrétiens, l'apôtre demeura ferme, plein de courage, d'espoir et de joie et s'écria: “Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous.” Il manifesta le même espoir et la même joie lorsqu'il se trouva sur le pont du navire, face à la tempête qui faisait rage autour de lui et qui menaçait de mettre le bateau en pièces. Il donna des ordres au capitaine et sauva la vie de tous les passagers. Bien que prisonnier, il était en réalité le maître du navire, l'homme le plus libre et le plus heureux à bord. Lorsque le bateau, poussé par le vent, échoua sur une île peuplée de barbares, Paul témoigna le plus grand sang-froid et apporta l'aide la plus efficace à ses compagnons en les sauvant de la mort. Ses mains s'employèrent à fournir le bois pour allumer le feu destiné aux naufragés transis. Lorsque les barbares virent une vipère dangereuse attachée à sa main, ils furent remplis de terreur; mais Paul secoua calmement l'animal dans le feu, car il savait qu'il ne lui ferait aucun mal; il avait une foi implicite dans le Sauveur.

En présence des rois et des dignitaires de ce monde qui tenaient sa vie dans leurs mains, l'apôtre demeura inébranlable: il avait consacré sa vie à l'Éternel. [...] La grâce, comme un ange de miséricorde, fait entendre sa voix douce et claire en répétant l'histoire de la croix, l'incomparable amour de Jésus.61The Review and Herald, 8 septembre 1885.

L'amour dégage une puissance merveilleuse parce que divine.62Education, 128.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»