Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Avec Dieu chaque jour, Page 366

Le Christ me présente une couronne et une harpe, 9 décembre

Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. 2 Timothée 4:8.

Avant d'entrer dans la cité de Dieu, le Seigneur distribue à ses disciples les emblèmes de la victoire et les investit des insignes de la royauté. La brillante phalange se forme en carré autour de son Roi, dont la stature majestueuse s'élève bien au-dessus de celle des anges et des saints, et qui les enveloppe tous d'un regard indicible d'amour. L'innombrable armée des saints, les yeux fixés sur lui, contemple la gloire de celui dont le “visage était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l'homme”. De sa main droite, Jésus place la couronne de gloire sur la tête des vainqueurs. Chacun reçoit une couronne portant son “nouveau nom” et l'inscription: “Sainteté à l'Éternel”. Chacun reçoit aussi des palmes de victoire et une harpe étincelante. Puis des anges supérieurs donnent le ton, et tous les saints font vibrer avec art les cordes de leurs harpes dont ils tirent une musique d'une ineffable beauté. Le cœur saisi d'un ravissement indicible, chacun élève la voix pour exprimer son adoration et sa reconnaissance: “À celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles!”17La tragédie des siècles, 689, 690.

Oh! quelle joie indicible ne ressentirons-nous pas en voyant Celui qui nous a tant aimés et en contemplant dans sa gloire le Sauveur qui nous a aimés au point de donner sa vie pour nous! Quel ravissement n'éprouverons-nous pas en apercevant les mains qui furent percées pour notre rédemption et qui sont tendues maintenant en signe d'accueil et de bénédiction!18The Signs of the Times, 2 novembre 1882.

Ceux qui [...] se placent entre les mains de l'Éternel [...] verront le Roi dans sa splendeur et ils contempleront ses insurpassables beautés. Alors ils feront vibrer leurs harpes d'or et ils rempliront le ciel tout entier d'accents mélodieux et d'hymnes de louange en l'honneur de l'agneau.19The Review and Herald, 15 juin 1905.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»