Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Avec Dieu chaque jour, Page 99

Pourquoi Dieu permet l'affliction, 30 mars

Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. 1 Pierre 4:12, 13.

Accablé d'une profonde tristesse, un homme se promenait un soir dans un jardin, lorsqu'il avisa un grenadier taillé tout près de la base. Frappé d'étonnement, il demanda au jardinier pourquoi cet arbre se trouvait dans cet état. La réponse du jardinier révéla à son interlocuteur les causes des souffrances de celui-ci. “Monsieur, dit-il, cet arbre était si vigoureux qu'il ne produisait que des feuilles. J'ai été obligé de le tailler de cette manière; et lorsqu'il a été presque entièrement coupé, il a commencé à porter du fruit.”

Nos chagrins ne sont pas l'effet du hasard. Dieu nous éprouve pour notre bien. Chaque coup qui brise une idole dans nos cœurs, chaque occasion qui diminue notre attachement à la terre et raffermit plus étroitement nos liens d'affection à l'égard de Dieu, est une bénédiction. L'émondage peut être douloureux pendant un certain temps, mais ensuite il “produit les fruits paisibles de la justice”. Nous devrions accepter avec reconnaissance tout ce qui éveille notre conscience, tout ce qui élève notre pensée, tout ce qui ennoblit notre existence.

Les branches improductives sont taillées, puis jetées au feu. Soyons reconnaissants de ce que l'émondage douloureux que nous subissons nous permet de rester en relation avec le cep vivant; car si nous souffrons avec le Christ, nous régnerons aussi avec lui. L'épreuve même qui ébranle cruellement notre foi et qui nous fait croire que Dieu nous abandonne est destinée à nous rapprocher davantage de lui, afin que, déposant nos fardeaux aux pieds du Christ, nous expérimentions la paix qu'il nous donne en échange. Dieu aime et garde ses créatures les plus faibles et nous ne pouvons le déshonorer davantage qu'en doutant de son amour pour nous. Oh! cultivons cette foi vivante qui nous amènera à nous confier en lui à l'heure des ténèbres et de l'épreuve!71The Review and Herald, 10 avril 1894.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»