Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 183

Chapitre — 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par les influences mondaines. Tout ce qui est divin dans leur nature est repoussé. Comme des instruments d'iniquité, elles servent les desseins de l'ennemi.

A l'opposé de cette catégorie de personnes, se tient l'homme pauvre, industrieux et honnête, qui est prêt à aider ceux qui ont besoin d'aide, et qui préfère supporter l'injustice plutôt que de manifester l'avarice et la cupidité du riche. Cet homme estime qu'une conscience pure et de bons principes ont plus de valeur que l'or. Il est disposé à faire tout le bien qu'il est en son pouvoir d'accomplir. Si quelque œuvre de bienfaisance réclame son argent ou son travail, il est le premier à répondre, et souvent il dépasse les limites de ses capacités, se refusant à lui-même certaines choses utiles pour mener à terme l'action entreprise.

Cet homme ne dispose peut-être que de peu de moyens; on estime peut-être qu'il n'a pas beaucoup de jugement ni de sagesse; son influence n'est peut-être pas jugée comme étant spécialement importante; mais aux yeux de Dieu il a beaucoup de valeur. Il se peut qu'on ne le considère pas comme étant très intelligent, mais il manifeste une sagesse qui est aussi supérieure à celle d'un esprit calculateur et doué que la sagesse divine l'est à la sagesse humaine; car ne se constitue-t-il pas dans le ciel un trésor incorruptible, sans

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»