Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 235

Chapitre — 44 Vaines professions de foi

Les Ecritures mentionnent une nombreuse classe de gens qui se contentent de professions de foi sans accomplir des actes. Beaucoup prétendent croire en Dieu, mais le renient par leurs œuvres. Leur culte de l'argent, des propriétés et des terres en fait des idolâtres et des apostats. Tout égoïsme est une forme de cupidité, par conséquent une idolâtrie. Beaucoup de ceux dont les noms sont inscrits sur les registres de l'église en tant que croyants en Dieu et en la Bible, sont des adorateurs des biens que le Seigneur leur a confiés pour qu'ils en soient les économes. Ils ne se prosternent peut-être pas littéralement devant leur trésor terrestre, mais néanmoins ils en ont fait leur dieu. Ce sont des adorateurs de Mamon. Ils offrent aux choses de ce monde l'hommage qui appartient au Créateur. Lui qui voit et connaît toutes choses prend note de la fausseté de leur profession de foi. CE 235.1

Dieu est chassé du temple de l'âme d'un chrétien mondain qui permet ainsi aux choses du monde d'y avoir une large place. L'argent est son dieu. Cet argent appartient à Dieu, mais celui à qui il a été confié refuse de le convertir en actes de bienfaisance. S'il l'utilisait conformément au dessein de Dieu, l'encens de ses bonnes œuvres monterait vers le ciel et, de milliers d'âmes converties, se feraient entendre les chants de louange et de reconnaissance. CE 235.2

Faire progresser le royaume de Dieu, réveiller ceux qui sont morts dans leurs offenses et leurs péchés, parler aux pécheurs du baume guérissant de l'amour du Sauveur, — tels sont les buts pour lesquels notre argent devrait être utilisé. CE 235.3

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»