Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 27

Chapitre — 4 Les principes du Christ opposes à ceux de Satan

Les êtres humains appartiennent à une seule grande famille: la famille de Dieu. Le Créateur souhaitait qu'ils eussent les uns pour les autres du respect et de l'amour, manifestant sans cesse un intérêt pur et libre de tout égoïsme pour le bonheur du semblable. Mais le dessein de Satan était de pousser les hommes vers l'amour de soi; s'abandonnant eux-mêmes à son contrôle, ils ont développé un égoïsme qui a inondé le monde de misère et de violence et les a dressés les uns contre les autres.

L'égoïsme constitue la racine de toute dépravation, et du fait que les êtres humains se sont soumis à son pouvoir, le monde d'aujourd'hui offre le spectacle de la désobéissance à Dieu. Les nations, les familles et les individus sont pénétrés du ferment de l'égocentrisme. L'homme aspire à dominer son semblable. Son égoïsme l'amenant à se séparer de Dieu et de ses semblables, il suit ses inclinations effrénées. Il agit comme si le bien-être des autres dépendait de leur soumission à sa suprématie.

L'égoïsme a introduit la discorde dans l'Eglise et y a suscité des ambitions impies. ... Il détruit tout désir de ressembler au Christ et remplit l'homme de l'amour immodéré de soi. Il l'éloigne d'une manière permanente de toute justice. Le Christ a dit: “Soyez ... parfaits, comme votre Père céleste est parfait.” Matthieu 5:48. Mais l'amour de soi est aveugle au sujet de la perfection que Dieu réclame. ...

Le Christ est venu dans ce monde pour révéler l'amour de Dieu. Ses disciples doivent continuer l'œuvre qu'il a

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»