Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 301

Chapitre — 56 L'économie laissée à l'initiative humaine

Le seul moyen suggéré par l'Evangile pour entretenir l'œuvre de Dieu est celui qui laisse le soutien de sa cause à l'initiative humaine. Les yeux fixés sur la gloire de Dieu, les hommes doivent lui rendre la part qu'il s'est réservée. Contemplant la croix du Calvaire, regardant au Rédempteur du monde, qui à cause de nous s'est fait pauvre afin que, par sa pauvreté, nous fussions enrichis, nous comprendrons que nous ne devons pas nous constituer un trésor sur cette terre, mais plutôt dans la banque du ciel, qui ne connaît ni déficit, ni faillite. Le Seigneur a donné Jésus au monde, et la question qui se pose est celle-ci: Que pouvons-nous donner en retour à Dieu sous forme de dons et d'offrandes, pour lui montrer combien nous apprécions son amour? “Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.”

Combien plus généreux sera alors tout économe fidèle, afin d'augmenter le montant des dons qui entrent dans la maison du Seigneur, plutôt que de diminuer son offrande du moindre sou. Qui sert-il? Pour qui prépare-t-il une offrande? Pour Celui de qui il dépend pour toute bonne chose dont il jouit. Alors, qu'aucun de nous qui recevons la grâce du Christ ne donne aux anges l'occasion de rougir et à Jésus d'avoir honte de nous appeler frères.

L'ingratitude sera-t-elle cultivée et rendue manifeste par nos habitudes de lésinerie dans les offrandes que nous faisons à Dieu? — Non, non! Présentons-nous nous-mêmes en sacrifice vivant, et donnons à Jésus tout ce que nous possédons.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»