Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 50

Chapitre — 9 La voix de la consecration

Pouvez-vous de tout votre cœur prononcer ces paroles: “Je suis tout à toi, mon Sauveur; tu as payé la rançon qu'exigeait le salut de mon âme, et tout ce que je suis et que je souhaite devenir t'appartient. Aide-moi à acquérir des biens, non pour les dilapider ou pour entretenir l'orgueil, mais pour les employer à la gloire de ton nom”?

Dans tout ce que vous faites, cherchez à répondre à ces questions: “Est-ce conforme à la volonté du Seigneur? Mon Sauveur en éprouvera-t-il de la satisfaction? Il a donné sa vie pour moi: que puis-je donner à Dieu en retour? Je ne puis que dire: O Seigneur, je te rends volontairement ce qui est à toi.” A moins d'avoir le nom de Dieu écrit sur votre front (du fait que Dieu est le centre même de vos pensées), vous ne participerez pas à l'héritage dans la lumière. C'est le ciel tout entier que votre Créateur a inclus dans le don merveilleux de son Fils unique. ...

Dieu couvre de sa main les dîmes, les dons et les offrandes en disant: “Cela m'appartient. Lorsque je vous ai confié mes biens, j'ai spécifié qu'une partie devait servir à répondre à vos besoins, et que l'autre partie devait m'être rendue.”

Lorsque vous engrangez votre moisson et que vous amassez vos biens dans vos greniers pour satisfaire à vos propres besoins, pensez-vous à donner à Dieu une dîme précise? Lui présentez-vous vos dons et vos offrandes pour que sa cause ne soit pas contrecarrée? Avez-vous songé aux orphelins et aux veuves? C'est un aspect du travail missionnaire qui ne doit en aucun cas être négligé.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»