Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Eglise, Page 124

Chapitre 27 — Les finances dans le foyer

Le Seigneur veut que Son peuple soit prévoyant et consciencieux; qu'il étudie et pratique l'économie en toutes choses, et ne laisse rien se perdre. — Foyer chrétien, 369.

Vous devriez apprendre à savoir dans quelle mesure il faut économiser et jusqu'à quel point il vous faut dépenser. A moins que nous ne renoncions à nous-mêmes et ne portions notre croix, nous ne pouvons être des disciples du Christ. Il nous faut régler fidèlement nos dettes à mesure que nous les contractons, combler les déficits, rattraper les pertes et savoir exactement ce qui nous revient. Vous devriez établir le compte des moindres dépenses faites pour votre propre plaisir, noter ce que vous avez utilisé uniquement pour satisfaire et entretenir vos désirs et vos appétits pervertis. L'argent dépensé en friandises inutiles pourrait être employé pour augmenter considérablement le confort et les commodités de votre maison. Il n'est pas nécessaire de vous montrer avare; il suffit que vous soyez honnêtes avec vous-mêmes et avec vos frères. L'avarice est un mauvais usage des bontés de Dieu. La prodigalité est aussi un abus. Les menues dépenses qui vous semblent négligeables finissent par représenter de grandes sommes. — Foyer chrétien, 364, 365.

Lorsque vous êtes tentés de dépenser de l'argent en futilités, vous devriez vous rappeler le renoncement et le sacrifice que le Christ a consentis pour sauver l'homme déchu. Nos enfants devraient apprendre à renoncer à eux-mêmes et à se maîtriser. Tant de prédicateurs trouvent qu'ils ont du mal à joindre les deux bouts parce qu'ils ne savent pas refréner leurs goûts, leurs ambitions et leurs penchants. Et si tant d'hommes font faillite et s'emparent malhonnêtement de certains fonds, c'est qu'ils cherchent à satisfaire les goûts exagérés de leurs femmes et de leurs enfants. Combien les parents ne devraient-ils pas s'appliquer, par le précepte et par l'exemple, à enseigner l'économie à leurs enfants! — Ibid., 368, 369.

Il vaut mieux ne pas jouer les riches ou prétendre être plus que nous ne sommes en réalité, c'est-à-dire les disciples effacés d'un Sauveur doux et humble. Si nos voisins construisent et aménagent leurs maisons d'une manière que nous ne pourrions nous permettre d'imiter, nous n'avons pas lieu d'en être troublés. Comment Jésus doit-il considérer nos efforts égoïstes pour satisfaire nos appétits, plaire à nos invités, ou suivre nos propres penchants! Chercher à parader ou permettre à nos enfants de nous imiter en ce domaine constitue un véritable piège de Satan. — Ibid., 370.

Tout ce qui pourrait servir ne devra jamais être jeté. Ceci demande de la sagesse, de la prévoyance et une attention de chaque instant. Il m'a été montré que l'incapacité à épargner dans les petites choses, est une des raisons pour lesquelles autant de familles souffrent du manque du minimum vital. — Child Guidance, 135.

Ne devez rien à personne

Beaucoup de familles sont pauvres parce qu'elles dépensent tout leur argent dès qu'elles le reçoivent. — Ibid., 378.

L'un des pièges consiste à prélever de l'argent et à l'employer dans un but quelconque avant même qu'il ait été gagné. Ibid.

Le monde a le droit de s'attendre à une stricte intégrité de la part de ceux qui se disent chrétiens. Un homme qui ne se soucie pas de payer ce qu'il doit, risque de faire considérer notre dénomination comme indigne de confiance. — Testimonies for the Church 5:179-182.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»