Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Eglise, Page 163

Chapitre 37 — L'éducation chrétienne

Nous nous rapprochons à grands pas de la crise finale de l'histoire de ce monde, il est donc important que nous comprenions que les avantages quant à l'éducation qu'offrent nos écoles doivent être différents de ceux qu'offrent les écoles du monde.

Nous concevons l'éducation d'une manière trop terre à terre et trop étroite. Il nous faut élargir notre horizon et viser plus haut. La véritable éducation est plus que la poursuite d'un certain programme d'études. Elle est plus qu'une préparation à la vie présente, elle s'adresse à l'être tout entier et couvre toute son existence. Elle est le développement harmonieux des énergies physiques, mentales, spirituelles, et prépare l'étudiant à la joie du service ici-bas ainsi qu'à celle bien supérieure d'un service plus étendu dans le monde à venir.

Au sens le plus élevé, l'éducation et la rédemption sont une seule et même chose; car dans l'éducation, de même que dans la rédemption, “ personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ”. “Car Dieu a voulu que toute la plénitude habitât en lui.” 1 Corinthiens 3:11.

Le glorieux objectif de l'éducation dans son ensemble et d'une vie disciplinée est de rétablir l'harmonie entre l'homme et Dieu en vue d'élever et d'ennoblir sa nature morale pour que l'homme puisse à nouveau refléter l'image de son Créateur. Cette tâche était si importante que le Sauveur dut quitter son palais céleste pour venir enseigner aux hommes comment acquérir les aptitudes pour une vie plus noble.

C'est si facile d'adopter les plans, les méthodes et les usages du monde et de ne pas avoir du temps dans lequel nous vivons ou de la grande œuvre qui doit être accomplie une plus claire conception que n'en avaient les contemporains de Noé. Nos éducateurs courent le danger de fouler le même terrain que les juifs, en se conformant à des usages, à des pratiques et à des traditions qui ne viennent pas de Dieu. Armés d'une fermeté tenace, certains s'accrochent à de vieilles habitudes et se livrent avec prédilection à diverses études qui ne sont pas de première nécessité, comme si leur salut en dépendait. En faisant ainsi, ils s'éloignent de l'œuvre spéciale de Dieu et donnent à leurs élèves une éducation insuffisante et mauvaise.

Il faudrait des hommes et des femmes qualifiés pour travailler dans nos églises afin de former nos jeunes à certaines œuvres spéciales afin que des âmes soient gagnées à Jésus. Nos écoles ne devraient pas perdre de vue cet objectif et s'intéresser aux méthodes en vogue dans les écoles confessionnelles établies par d'autres églises ni aux méthodes en vogue dans les séminaires et établissements d'enseignement supérieur du monde. Elles doivent avoir une méthode supérieure qui ne donnera naissance à aucune apparence d'infidélité ni ne la tolèrera. Les élèves doivent être instruits dans le christianisme pratique, et la Bible doit être considérée comme le manuel, plus grand et le plus important.

La responsabilité de l'église

Une nuit, je me trouvais en vision avec un groupe important de personnes dont l'esprit était préoccupé par le problème de l'éducation. Beaucoup trouvaient que les méthodes en vogue devaient subir des modifications. Celui qui avait été longtemps notre instructeur avait la parole et disait: “Le problème de l'éducation doit intéresser le corps adventiste tout entier.”

L'église a une œuvre spéciale à faire, celle de former et d'éduquer ses enfants, afin qu'en fréquentant les écoles ou les associations, ils ne soient pas contaminés par les habitudes perverses qu'on y rencontre. Le monde est rempli d'iniquités et il a du mépris pour les préceptes divins. Les villes sont devenues semblables à Sodome et nos enfants sont journellement en butte aux

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»