Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Eglise, Page 281

Chapitre 64 — Christ, notre souverain sacrificateur

Le fondement de notre foi réside dans une compréhension correcte du ministère qui s'opère dans le sanctuaire céleste. — Evangelism, 204.

Le sanctuaire céleste fut construit selon le modèle révélé à Moïse sur la montagne. C'était un symbole pour le temps présent, matérialisé par la présentation d'offrandes et de sacrifices; ses deux lieux saints étaient “des images des choses qui sont dans les cieux;” Christ, notre Souverain Sacrificateur, est “ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme.” Hébreux 9:9, 23; 8:2. Lorsque Saint-Jean eut le privilège de contempler en vision “le Temple de Dieu qui est dans le ciel”, il vit “devant le trône sept lampes ardentes”. Là, le prophète y aperçut les sept lampes ardentes et l'autel d'or, représenté par le chandelier d'or et l'autel des parfums du sanctuaire terrestre. Puis, “le temple de Dieu dans le ciel s'étant ouvert” (Apocalypse 11:19), le révélateur, plongeant les regards au-delà du voile jusque dans le saint des saints, y distingua “l'arche de son alliance”, représenté par le coffret sacré fait par Moïse pour contenir les tables de la Loi de Dieu. — La tragédie des siècles, 449.

Jean dit avoir vu le sanctuaire céleste. Et que le sanctuaire céleste dans lequel Jésus exerce maintenant son sacerdoce est l'auguste original dont le sanctuaire construit par Moïse était la copie. — La tragédie des siècles, 448.

Le palais du Roi des rois, entouré de mille milliers de servants et de dix mille millions d'assistants; ce temple embrasé de la gloire du trône éternel, où d'étincelants gardiens, les séraphins, adorent en se voilant la face, ne trouvait qu'une pâle image de son immensité et de sa gloire dans les constructions les plus luxueuses érigées par la main des hommes. Néanmoins, les rites qui s'y déroulaient révélaient des faits importants touchant le sanctuaire céleste et l'œuvre qui s'y poursuit pour la rédemption de l'homme. — La tragédie des siècles, 449.

C'est après son ascension que notre Sauveur inaugura son ministère de grand prêtre dans le sanctuaire céleste. Jésus-Christ, écrit l'apôtre Paul, “n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, imitation du vrai sanctuaire; mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaitre maintenant pour nous devant la face de Dieu”. Hébreux 9:24. Son ministère comprend deux grandes phases embrassant chacune une certaine période de temps, et se déroulant respectivement dans l'une ou l'autre des pièces du sanctuaire céleste. Tout s'y passe exactement comme dans le sanctuaire terrestre, c'est à dire deux cycles successifs: le service quotidien et le service annuel, pour chacun desquels était réservée l'une des deux pièces du tabernacle. — Patriarches et prophètes, 329-330.

A son ascension, Jésus regagna le ciel pour y plaider en présence de Dieu les mérites de son sang en faveur des croyants, tout comme l'avaient fait les prêtres au tabernacle mosaïque lorsque, dans le lieu saint, ils faisaient aspersion du sang des sacrifices en faveur des pécheurs. — Patriarches et prophètes, 330.

Mais le sang du Sauveur, tout en libérant de la condamnation le pécheur repentant, n'anéantit pas le péché. Celui-ci demeure sur les registres du sanctuaire jusqu'à l'expiation finale. C'est ce que montrait la dispensation mosaïque où le sang des sacrifices justifiait le pécheur, tandis que le péché lui-même subsistait dans le sanctuaire jusqu'au jour des expiations. — Patriarches et prophètes, 330.

Au grand jour des récompenses finales, les morts seront “jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui est écrit dans ces livres”. Apocalypse 20:12. Cela fait, en vertu du sang expiatoire du fils de Dieu, les péchés de tous les croyants seront effacés des dossiers du sanctuaire. Ce sera la purification de celui-ci par l'élimination des sombres annales du péché. Sur la terre, cette liquidation solennelle: l'expiation définitive et l'effacement des péchés, était figurée par le

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»