Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Eglise, Page 57

Chapitre 10 — Croire en un Dieu personnel

On s'apercevra au jour du règlement final que Dieu connaissait chacun par son nom. Un témoin invisible voit chacun de nos actes. “Je connais tes œuvres”, dit celui “qui marche au milieu des sept chandeliers d'or”. Apocalypse 2:1, 2. Tout est noté: les occasions négligées et les efforts inlassables du bon berger pour chercher ceux qui suivaient des sentiers tortueux, afin de les ramener dans le chemin de la sécurité et de la paix. Maintes fois Dieu a adressé des appels aux amateurs de plaisir; maintes fois il a fait jaillir sur leur chemin la lumière de sa Parole afin qu'ils puissent voir le péril et y échapper. Mais ils ne cessent de plaisanter et de rire en suivant la voie large, jusqu'à ce qu'enfin le temps de grâce soit terminé. Les voies de Dieu sont justes et équitables, et quand la sentence sera prononcée contre ceux qui seront trouvés trop légers, toute bouche sera réduite au silence... CL 57.1

Le Tout-Puissant qui opère dans la nature et soutient toutes choses n'est pas, comme le prétendent quelques savants un principe, une énergie en action. Il est esprit; mais il est cependant un être personnel, car l'homme a été fait à son image. — Testimonies for the Church 8:263; Testimonies for the Church 3:312. CL 57.2

Dieu agit dans la nature, mais Dieu n'est pas la nature. Celle-ci est l'expression du caractère divin. Par elle, nous pouvons comprendre son amour, sa puissance et sa gloire; mais ne la considérons jamais comme étant Dieu lui-même. Les artistes produisent des œuvres merveilleuses qui font les délices des yeux. Elles nous donnent une idée de celui qui en est l'auteur; mais ces œuvres ne sont pas l'artiste. Ce n'est pas l'œuvre mais l'artiste qu'on juge digne d'honneur. De même, bien que la nature soit l'expression de la pensée de Dieu, ce n'est pas elle mais celui qui a créé la nature qui doit être exalté... CL 57.3

L'action d'un Dieu personnel s'est manifestée à la création de l'homme. Lorsque le Seigneur eut fait celui-ci à son image, la forme de son corps était parfaite, mais il y manquait la vie. C'est alors qu'un Dieu personnel, existant par lui-même, souffla dans ses narines un souffle de vie, et l'homme devint un être vivant et intelligent. Tous les organes du corps humain furent mis en mouvement. Le cœur, les artères, les veines, la langue, les mains, les pieds, les sens, les facultés de l'esprit, — tout s'anima et fut soumis à des lois. L'homme devint une âme vivante. C'est un Dieu personnel qui, par Jésus-Christ, le créa et le revêtit d'intelligence et de force. — Testimonies for the Church 8:264; Testimonies for the Church 3:313. CL 57.4

Notre substance n'était pas cachée à ses yeux lorsque nous étions formés dans le secret. Il voyait cette substance, bien qu'imparfaite; et dans son livre tous nos membres étaient décrits, alors qu'aucun d'eux n'existait. CL 57.5

Le dessein de Dieu était que l'homme fût supérieur à tous les êtres créés, le couronnement de la création, exprimant sa pensée et révélant sa gloire. Mais l'homme ne doit pas s'exalter au rang de Dieu... CL 57.6

Dieu le Père révélé en Christ

Dieu, par son Fils, s'est révélé comme un être personnel. Reflet de la gloire du Père, “l'empreinte de sa personne” (Hébreux 1:3), Jésus revêtit une forme humaine pour venir sur la terre. C'est un Sauveur personnel qui descendit ici-bas, et remonta au ciel où il intercède pour nous devant le trône de Dieu. Quelqu'un qui “ressemble à un fils d'homme” (voir Apocalypse 1:13) exerce un ministère en notre faveur. CL 57.7

Le Christ, la lumière du monde, voila l'éblouissante splendeur de sa divinité et vécut parmi les hommes, afin que ceux-ci puissent, sans être consumés, connaître leur Créateur. Nul, si CL 57.8

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»