Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conquérants Pacifiques, Page 168

Avec une grande assurance, ces docteurs judaïsants affirmaient que pour être sauvé, il fallait être circoncis et observer toute la loi cérémonielle.

Paul et Barnabas réagirent aussitôt contre cette fausse doctrine et s'opposèrent à l'introduction de ce point de vue chez les Gentils. Mais de nombreux Juifs convertis d'Antioche approuvèrent la position de leurs frères venus récemment de Judée.

Les Juifs avaient de la peine à comprendre les desseins de la Providence divine. D'après les résultats obtenus par le travail des apôtres chez les Gentils, il était évident que le nombre des convertis dépassait de beaucoup celui des Juifs. Or ceux-ci craignaient que si les prescriptions et les cérémonies de leurs lois n'étaient pas rendues obligatoires chez les Gentils, comme condition d'entrée dans l'Eglise, les caractéristiques de la nationalité juive qui, jusqu'alors, les avaient distingués des autres peuples, finiraient par disparaître.

Les Juifs s'étaient toujours glorifiés du rôle divin qui leur avait été attribué; plusieurs de ceux qui s'étaient convertis au christianisme pensaient encore que puisque Dieu leur avait clairement indiqué autrefois la manière hébraïque d'adorer, aucun changement ne devait être apporté à ce qui était établi. Ils insistaient pour que les lois et les cérémonies juives soient incorporées dans les rites de la religion chrétienne. Ils étaient lents à comprendre que tous les sacrifices cérémoniels n'avaient fait que préfigurer la mort du Fils de Dieu en qui le type avait rencontré son antitype et que, désormais, les rites et les cérémonies de la dispensation mosaïque cessaient d'être obligatoires.

Avant sa conversion, Paul s'était considéré comme irréprochable “à l'égard de la justice de la loi”.2Philippiens 3:6. Mais depuis que son cœur avait été changé, il concevait plus nettement la mission du Sauveur, Rédempteur de l'humanité tout entière, aussi bien des Gentils que des Juifs, et il savait faire la différence entre une foi vivante et un formalisme sans vie.

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»