Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conquérants Pacifiques, Page 417

Chapitre 45 — Lettres de Rome

Ce chapitre est basé sur les épîtres aux Colossiens et aux Philippiens.

Dès les débuts de sa conversion, l'apôtre Paul fut favorisé par certaines circonstances qui lui firent comprendre ce que Dieu demandait des disciples de Jésus. “Ravi jusqu'au troisième ciel”, “dans le paradis, [...] il entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme d'exprimer”. Il reconnaissait que “des visions et des révélations” lui avaient été données de la part du Seigneur. Sa connaissance des principes de l'Evangile n'était pas inférieure à celle des “apôtres par excellence”.12 Corinthiens 12:2, 4, 1, 11. Il avait une nette compréhension de “la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur” de “l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance”.2Ephésiens 3:18, 19.

Paul n'osait pas dire tout ce qui lui était apparu en vision, car parmi ses auditeurs certains auraient pu mal interpréter ses paroles. Mais ce qui lui fut révélé lui permit de travailler comme un chef et un maître avisé, et de rédiger des épîtres qu'il fit parvenir aux églises. L'impression qu'il

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»