Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conquérants Pacifiques, Page 440

donne lui-même le seul renseignement authentique de ce qui se passa. Lors de “ma première défense, écrivait-il dans sa seconde épître à Timothée, personne ne m'a assisté, mais tous m'ont abandonné. Que cela ne leur soit point imputé! C'est le Seigneur qui m'a assisté et qui m'a fortifié, afin que la prédication fût accomplie par moi et que tous les païens l'entendissent. Et j'ai été délivré de la gueule du lion.”12 Timothée 4:16, 17.

Paul devant Néron. Quel contraste saisissant! Le monarque arrogant, devant lequel l'homme de Dieu devait répondre pour sa foi, avait atteint le faîte du pouvoir terrestre, de l'autorité, de la richesse ainsi que les abîmes les plus profonds du crime et de l'iniquité. Personne ne pouvait contester sa puissance, ni résister à sa volonté. Les rois déposaient leurs couronnes à ses pieds; des armées puissantes marchaient à son commandement, et les pavillons de sa flotte proclamaient ses victoires. Sa statue était érigée dans les cours de justice, et les décrets des sénateurs, comme les décisions des juges, n'étaient que l'écho de sa volonté. Des millions de sujets s'inclinaient, en obéissant à ses ordres. Son nom faisait trembler le monde entier. S'attirer son déplaisir était à la fois perdre ses biens, sa liberté, sa vie. Un mauvais regard de sa part était plus redoutable que la peste.

Sans amis, sans argent, sans avocat, le vieillard se tenait là, devant l'empereur. La face du tyran portait les traces dégradantes des passions qui bouillonnaient au-dedans de lui; celle de l'accusé reflétait une grande paix divine.

La vie de Paul avait été toute de pauvreté, de renoncement, de souffrance. Bien que ses ennemis aient essayé de le décourager par leurs injures, leurs menaces, les faux rapports qu'ils faisaient sans cesse à son sujet, l'apôtre n'avait jamais manqué de porter haut et hardiment l'étendard de la croix. Voyageur sans abri, comme son Maître, sa vie avait été une vie d'incessantes bénédictions pour l'humanité. Comment Néron, tyran capricieux, passionné et livré à la débauche aurait-il pu comprendre et apprécier le caractère ou les mobiles de cet homme de Dieu?

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»