Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conquérants Pacifiques, Page 455

Chapitre 50 — La condamnation à mort

Au cours du procès final de Paul, Néron, profondément impressionné par la force d'argumentation de l'apôtre, avait différé sa sentence, n'osant ni acquitter, ni condamner l'accusé. Mais sa cruauté ne tarda pas à se réveiller. Exaspérer par son impuissance à réduire à néant les progrès de la religion chrétienne, qui s'était infiltrée jusque dans le palais impérial, il décida de faire mettre l'apôtre à mort dès qu'il trouverait un prétexte valable. Peu de temps après, il prononça la sentence suprême qui fit de Paul un martyr.

Un citoyen romain condamné à mort devait être décapité; mais on n'avait pas le droit de le torturer. Paul fut amené secrètement sur le lieu de l'exécution à laquelle peu de personnes furent autorisées à assister. En effet, les persécuteurs, effrayés par l'influence qu'il exerçait auprès et au loin, redoutaient que de nouveaux prosélytes ne soient gagnés au christianisme par le spectacle de sa mort. Mais

«Back «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»