Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 16

n’a pas de fondement scripturaire et que vos conclusions sur ce sujet ne peuvent être mises en doute, produisez alors vos preuves ; car votre conviction ne risque pas d’être ébranlée au contact de l’erreur. Il n’y a ni vertu ni dignité à poursuivre une lutte dans l’obscurité, à fermer les yeux de peur de voir clair, à se boucher les oreilles pour ne pas entendre, à endurcir son cœur dans l’ignorance et l’incrédulité par crainte d’avoir à s’humilier en reconnaissant avoir été éclairé sur certains points de vérité.

Ce n’est pas en vous abstenant d’examiner cette dernière que vous obéirez à l’injonction du Sauveur de « sonder les Écritures ». Est-ce chercher des trésors cachés que d’appeler fatras le résultat du travail d’autrui, de ne pas en faire l’examen critique pour voir si les pensées que vous condamnez recèlent ou non de précieux joyaux de vérité ? Verra-t-on ceux qui ont presque tout à apprendre s’abstenir de réunions où l’on examine des messages, simplement pour ne pas avoir à constater que, éventuellement, les opinions exprimées seront en désaccord avec ce qu’ils estiment être la vérité ? C’est ainsi qu’agissaient les Juifs aux jours du Christ, parce qu’ils possédaient un cœur mauvais et incrédule au point de se détourner du Dieu vivant. Nous sommes invités à ne pas faire comme eux, c’est-à-dire, finir par choisir les ténèbres au lieu de la lumière. Aucun de ceux qui croient tout savoir ne doit mettre sur le compte de l’âge ou de l’intelligence le refus de se laisser enseigner par le plus humble des messagers du Dieu vivant. — Sabbath School Worker 62-66, juin 1892.

Le moniteur doit être disposé à apprendre

« Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur. Repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naître des querelles. » Ceux qui veulent devenir les éducateurs de la jeunesse doivent, s’ils tiennent au succès, apprendre beaucoup, tant par le précepte que par l’expérience, de leur Seigneur et Sauveur, et parvenir à la mesure de sa stature parfaite. Cette croissance rend témoignage du fait que l’on est attaché au Christ comme le sarment l’est au cep. Demeurer en lui, signifie posséder la puissance nécessaire au discernement des vérités spirituelles puisque c’est spirituellement qu’on en juge.

« Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la Parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. » Dieu invite les jeunes gens et les jeunes filles à tirer le meilleur parti possible des capacités qui leur sont confiées et il désire que, pour le développement de celles-ci, des habitudes de travail et d’étude soient cultivées. Dieu acceptera leur service et les talents ainsi mis en valeur mais il ne peut approuver un travail médiocre accompli d’un cœur partagé. Chaque branche de l’œuvre exige l’emploi de vos capacités les plus élevées, la mise en œuvre de tous vos moyens et, pour la propagation de la vérité, la consécration des plus nobles impulsions de votre âme. Les facultés intellectuelles et spirituelles les plus hautes doivent être engagées au service de cette œuvre de caractère sacré pour qu’elle soit dignement représentée aux yeux de ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort.

Si vous êtes appelé à enseigner dans une branche quelconque de cette œuvre, vous êtes aussi invité à apprendre à l’école du Christ .Si vous acceptez la responsabilité

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»