Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 29

nous devrons rendre compte. Les heures passées à ces décorations inutiles ou ces amusements, et en conversations frivoles seront amenées en jugement comme toute autre œuvre. — TSS 8.

Que les parents aident les enfants

Les parents devraient sentir que leur devoir sacré est d’instruire leurs enfants au sujet des lois et ordonnances de Dieu aussi bien que des prophéties. Ils devraient enseigner leurs enfants à la maison et porter eux-mêmes un intérêt aux leçons de l’École du sabbat. En étudiant avec les enfants, ils montrent que les vérités enseignées sont importantes et développent en eux le goût de connaître la Bible. — TSS 111.

Que les parents fassent leur part, non seulement en aidant les enfants dans leur étude, mais en apprenant eux-mêmes celles-ci. La Bible est notre manuel. Parents, moniteurs et élèves ont besoin de mieux connaître les précieuses vérités contenues dans l’Ancien et le Nouveau Testament. —TSS 14.

Plus importante que l’école publique

Les parents devraient sentir qu’il est de leur devoir de veiller à ce que les leçons de l’École du sabbat soient aussi bien apprises que celles de l’école publique, et même plus parfaitement. Si l’on estime cet intérêt déplacé, il serait préférable que les enfants restent à la maison, l’École du sabbat ne pouvant dans ce cas leur être en bénédiction. Parents et enfants devraient collaborer étroitement avec les directeurs et les moniteurs, de telle sorte que ces derniers sachent à quel point on apprécie leurs efforts. On doit pouvoir s’attendre à ce que les parents s’intéressent tout particulièrement à l’instruction religieuse de leurs enfants, veillant à ce qu’ils parviennent à une connaissance approfondie des Écritures. —TSS 8.

Une étude diligente richement récompensée

La ferme assiduité de ces étudiants hébreux (Daniel et ses compagnons) formés par Dieu a été richement récompensée. Tandis qu’ils faisaient des efforts diligents pour accéder à la connaissance, le Seigneur leur donnait la sagesse céleste. La connaissance ainsi obtenue leur fut d’un grand service lorsqu’ils se trouvèrent dans des situations difficiles. Le Dieu du ciel ne compensera pas les déficiences qui résultent d’une indolence mentale et spirituelle. Lorsque les agents humains exercent leur facultés pour acquérir des connaissances, pour devenir des hommes d’une réflexion profonde ; lorsque, en qualité de plus grands témoins pour Dieu et la vérité, ils auront gagné dans le domaine de l’étude, des doctrines essentielles concernant le salut des âmes, pour que la gloire puisse être donnée au Dieu du ciel en tant que souverain, alors même les juges et les rois seront amenés à reconnaître, dans les palais de justice, les parlements et les gouvernements, que le Dieu qui a fait les cieux et la terre est le seul vrai Dieu vivant ; qu’il est l’auteur du christianisme, l’auteur de toute vérité, celui qui a institué le septième jour en tant que sabbat lorsque les fondations du monde furent posées, et que les étoiles du matin chantaient ensemble et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie. -- Fundamentals of Christian Education, (FE) p. 374, 375.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»