Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 51

été tristement négligés. Certains ont été habitués à faire tout ce qui leur plaisait ; d’autres ont été critiqués et découragés. Rarement, on leur a témoigné de l’amabilité et de la bonne humeur et ils ont reçu à peine quelques paroles d’appréciation. Ils ont hérité des déficiences de caractère de leurs parents, et cette influence, au lieu de leur fournir de solides fondements, a été un obstacle à la formation de leurs caractères.

Aucun travail n’est plus important que celui d’éduquer et de former ces jeunes et ces enfants. Les moniteurs affectés à cette tâche dans la vigne du Seigneur doivent premièrement apprendre à se maîtriser eux-mêmes, à rester calmes et maîtres de leurs émotions, soumis à l’Esprit de Dieu. Ils devraient démontrer la preuve que leur expérience n’est pas à sens unique, mais qu’ils ont un esprit et un caractère bien équilibrés, afin qu’on leur fasse confiance parce que ce sont des chrétiens consciencieux, eux-mêmes sous la direction du grand Maître. — FE 266, 267.

Tenue vestimentaire et comportement

Chaque moniteur de l’École du sabbat doit être un disciple du Christ. Ceux qui ne se sont pas identifiés avec lui en montrant par leur vie qu’ils sont de véritables chrétiens, ne devraient pas être moniteurs de l’École du sabbat, car ils ont besoin tout d’abord qu’on leur enseigne les principes qui sont à la base de l’amour et de la crainte de Dieu. « Sans moi, a dit le Christ, vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15. 5) De plus, de quelle valeur serait l’enseignement de celui qui ne connaît rien de la puissance du Christ, n’en ayant pas eu une expérience personnelle ? Ce serait une grave inconséquence que de lui demander de s’occuper d’une classe de l’École du sabbat. Mais ce qui serait plus grave encore, ce serait de donner une classe à un moniteur qui, par ses vêtements et par son comportement, nie le Sauveur qu’il prétend servir.

Ceux qui enseignent à l’École du sabbat doivent avoir le cœur réchauffé et vivifié par la vérité divine, n’écoutant pas seulement, mais agissant. Ils devraient être nourris par le Christ comme les sarments le sont par le cep. La rosée de la grâce céleste devrait se répandre sur eux afin que leurs cœurs puissent être comme des plantes précieuses dont les boutons s’ouvrent et exhalent un parfum agréable, telles des fleurs dans le jardin de Dieu. Les moniteurs devraient étudier avec diligence les Écritures et démontrer par leur vie qu’ils sont chaque jour à l’école du Christ afin de pouvoir communiquer à d’autres la lumière qu’ils ont reçue de celui qui est le Maître par excellence et la lumière du monde.

Les moniteurs doivent avoir conscience de leur responsabilité et profiter de toutes les occasions pour développer leurs dons et rendre le meilleur service possible dans l’œuvre du salut des âmes. — Témoignages pour l’Église, vol.2. p. 659, 660.

Tant moniteurs qu’élèves, chacun doit comprendre l’importance de l’assiduité et de la persévérance dans l’étude des Écritures. Une communion constante avec le Seigneur chassera loin d’eux toute mesquine tentation et les mettra en mesure de résister victorieusement à l’indolence et à l’apathie. Ni paresse ni inclination à satisfaire tendances et désirs personnels ne devraient être tolérées par ceux qui professent être ouvriers avec Dieu. -- TSS 55.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»