Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 55

Une vie de constance, une patience inlassable, un esprit imperturbable sous la provocation constituent toujours l’argument le plus décisif et l’appel le plus solennel. Si vous avez bénéficié d’occasions et d’avantages que bien d’autres n’ont pas eus, rappelez-vous ces paroles et soyez toujours un moniteur sage, consciencieux et doux.

Pour laisser l’empreinte claire et prononcée d’un sceau sur la cire, on ne le presse pas de manière brusque et rapide, mais on le place soigneusement sur la cire et, avec douceur et fermeté, on le presse jusqu’à ce que la cire ait durci. Il en va de même avec les âmes. La constance de l’influence chrétienne est le secret de sa puissance, et cela repose sur une manifestation permanente du caractère du Christ. Aidez ceux qui se sont égarés en leur partageant vos expériences. Montrez-leur de quelle façon la patience, la bonté et l’amabilité de vos collaborateurs vous ont redonné courage et espoir lorsque vous avez commis de graves erreurs.

Jusqu’au jour du Jugement, vous ne saurez jamais quelle aura été l’influence d’une conduite aimable et pleine d’égards envers ceux qui vivent dans le désordre, qui sont déraisonnables et indignes de notre attention. Lorsque nous nous heurtons à l’ingratitude et à l’infidélité face aux dépôts sacrés, nous sommes portés à montrer notre mépris ou notre indignation. C’est ce à quoi s’attendent les coupables et ils s’y sont préparés. Mais une douce patience les prend par surprise et éveille souvent leurs meilleurs instincts, suscitant le désir d’une vie plus noble. —TSS 116, 117.

Tolérance envers les autres

Chaque association dans la vie exige l’exercice de la maîtrise de soi, la patience et la sympathie. Nous sommes tous tellement différents de par notre tempérament, nos habitudes et notre éducation, que nos manières de voir les choses varient. Nous jugeons différemment. Notre compréhension de la vérité, nos idées en ce qui concerne la manière de conduire notre vie ne sont pas conformes à tous les égards. Il n’y en a pas deux dont l’expérience, et même les épreuves, sont exactement semblables. Les devoirs que l’un considère légers sont extrêmement difficiles et compliqués pour un autre.

La nature humaine étant fragile et ignorante, tant de choses échappent à sa compréhension que chacun devrait être prudent dans le jugement qu’il porte sur autrui. Nous en savons peu sur l’incidence de nos actes dans l’expérience des autres. Ce que nous faisons ou disons peut nous sembler de peu d’importance alors que, si nos yeux pouvaient s’ouvrir, nous verrions que les plus décisives conséquences pour le bien ou pour le mal en dépendaient. — TSS 117.

Perfectionnement des connaissances personnelles

Il y a tant de médiocrité, tant d’hypocrisie autour des jeunes qu’il est nécessaire que les paroles, l’attitude et le comportement du moniteur témoignent de ce qui est grand et vrai. Les enfants ont vite fait de déceler l’affectation ou toute autre faiblesse, ou

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»