Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 59

paroles empreintes de la plus vive sympathie, il se réjouissait à la pensée de faire « infiniment au-delà » de ce que ses disciples pouvaient demander et même penser. Chaque jour, il leur démontrait, en faisant le bien devant eux, à quel point sa tendresse et son amour envers l’humanité déchue étaient immenses. La source de compassion infinie à laquelle les âmes altérées pouvaient venir se désaltérer, c’était son cœur.

Lorsque Jésus parlait au peuple, tous étaient étonnés de sa doctrine ; car il enseignait avec autorité et non pas comme les scribes. Ces derniers avaient peiné pour échafauder leurs théories et se donnaient beaucoup de mal pour les soutenir devant le peuple, allant et répétant ce qui n’était en réalité que des fables, recommandant le respect de traditions vaines et puériles, afin de maintenir leur prestige et leur influence sur les esprits. La plus haute expression de la culture nationale consistait surtout dans la répétition machinale de cérémonies sans signification et la manifestation d’opinions superficielles. L’enseignement de Jésus avait pour but d’inculquer les idées les plus importantes et les vérités les plus sublimes, ceci dans le langage le plus simple et le plus compréhensible, et « une grande foule l’écoutait avec plaisir ». C’est ce genre d’instruction qui devrait être donné dans nos écoles du sabbat. La lumière à faire briller, c’est celle du ciel qui rayonne de Jésus, le Maître admirable, et qui doit illuminer l’âme de nos enfants de la gloire divine de son caractère et de son amour. Ainsi, la jeunesse sera-t-elle conduite à « l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ». — TSS 39, 40.

Présenter des thèmes nouveaux

L’âme devrait représenter une maison du trésor, remplie de provisions riches et magnifiques. Que ce soit depuis la chaire, dans l’École du sabbat, à la rencontre de prière ou dans la société, nous devrions, par des thèmes nouveaux, être en mesure d’apporter une lumière aux autres. Nous suivrons ainsi l’exemple de Jésus, le Maître parfait. Il instruisait les hommes en leur révélant le caractère du Dieu vivant. Il disait : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » C’est le sujet important à graver dans les esprits des jeunes ; en effet, ils doivent savoir que Dieu est pour eux un père afin de subordonner leurs intérêts temporels aux intérêts éternels. En contemplant le caractère de Dieu, surgira dans leurs cœurs un désir intense de communiquer aux autres la beauté et la puissance de la vérité.

La puissance transformatrice de la religion

Oh, puisse la vérité être gravée dans l’âme de chaque homme, femme et enfant qui travaille avec les esprits humains, afin qu’elle soit révélée dans l’esprit, dans les paroles, dans le caractère et dans l’action ! La puissance sanctifiante de la vérité devrait conduire chaque moniteur de l’École du sabbat, ou chacun de ceux qui occupent un poste dans nos institutions, à avoir une expérience telle qu’il puisse dire : « Je sais en qui j’ai cru. » La religion de Jésus-Christ détient un pouvoir transformateur, et cette puissance doit se voir par une humilité beaucoup plus grande et une foi vivante plus intense afin que notre lumière brille dans le monde.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»