Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 62

L’utilisation d’aides visuelles

On a fait quelques efforts pour instruire les enfants, mais c’est encore insuffisant. Nos écoles devraient être plus intéressantes. Les écoles publiques ont beaucoup amélioré leurs méthodes d’enseignement ces dernières années. Des leçons de choses, des images, des tableaux noirs sont utilisés pour rendre l’enseignement plus clair aux jeunes. Ainsi, les vérités bibliques doivent être rendues simples et attrayantes pour l’esprit actif des enfants.

Les parents que l’on ne pourrait atteindre d’aucune autre façon le sont fréquemment grâce aux enfants. Ce que ceux-ci auront appris à l’École du sabbat, ils l’introduiront dans le cercle de la famille. Mais il en est peu parmi nous qui semblent comprendre l’importance de cette branche de l’œuvre. Les méthodes pédagogiques adoptées avec tant de succès dans les écoles publiques pourraient être employées avec des résultats semblables dans les écoles du sabbat, amenant ainsi les enfants à Jésus et leur donnant l’instruction biblique nécessaire. Cela dépassera de beaucoup l’excitation religieuse d’un caractère émotionnel, qui se dissipe aussi rapidement qu’elle est née.

Il faut aimer le Christ davantage. Il faut plus de foi pour faire l’œuvre que nous croyons devoir être accomplie avant la venue du Christ. Il faut plus de renoncement et de sacrifice de soi dans la bonne direction. Étudions avec réflexion et prière les meilleures méthodes de travail et faisons des plans judicieux. Il y a parmi nous des esprits qui peuvent inventer des choses et les réaliser ; il nous faut seulement les mettre à l’œuvre. Des succès étonnants suivront les efforts intelligents et bien dirigés — TSS 9.

Des erreurs relevées

Bien dirigée, l’École du sabbat est un des grands moyens dont Dieu se sert pour amener les âmes à la connaissance de la vérité. Les moniteurs doivent savoir qu’ils n’ont pas le monopole de la parole, mais qu’ils sont là pour encourager leurs élèves à exprimer leur pensée. Ensuite, par quelques remarques brèves et appropriées, il leur est loisible de graver la leçon dans l’esprit de ceux qui les écoutent. Jamais non plus ils ne devraient présenter la leçon de façon machinale pour s’asseoir ensuite, laissant les enfants regarder autour d’eux, chuchoter et jouer, comme cela arrive parfois. Un tel enseignement, loin d’être profitable, est souvent même pernicieux. Si le moniteur est bien préparé, chaque minute dont il dispose peut être employée utilement. Les enfants possèdent un esprit actif qui a besoin d’être constamment occupé. Il faut les amener à exprimer leurs idées, quitte à y apporter des corrections ou à les approuver selon le cas, mais jamais le moniteur ne devrait s’asseoir et déclarer : « J’ai fini. » En effet, la leçon n’est jamais terminée. — TSS 18, 19.

Indolence spirituelle

Dans certaines écoles du sabbat, des postes de moniteurs sont occupés par des personnes n’ayant aucune aptitude à l’enseignement et peu d’amour pour les âmes. Elles ne comprennent qu’à moitié la portée pratique de la vérité. Dans ces conditions, comment peuvent-elles conduire les enfants et la jeunesse à la source d’eau vive ? Que

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»