Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 64

préférable de transmettre l’enseignement à l’aide de mots simples et d’idées claires que chacun doit pouvoir comprendre, sinon tout devient inutile. Ne faites pas qu’effleurer le sujet mais développez-le en profondeur. La Bible est la règle et le guide de toute vie. Une doctrine solide doit être présentée au cœur et à l’esprit de vos élèves de manière à produire du fruit qui se traduira par une piété véritable. -- TSS 24.

Remarques longues et fastidieuses

Ceux qui enseignent les enfants devraient éviter les remarques ennuyeuses ; qu’elles soient plutôt courtes et pertinentes afin de créer un effet plus positif. Si vous avez beaucoup de matière à couvrir, il sera plus bénéfique de le faire par de courtes interventions plus fréquentes en soulignant quelques points d’intérêt au lieu de tout dire d’un seul trait. De longs discours fatiguent les jeunes esprits des enfants et entraînent même une haine pour l’enseignement spirituel, tout comme la suralimentation surcharge l’estomac et réduit l’appétit, pouvant même conduire à un dégoût pour la nourriture. L’esprit peut être saturé par trop de beaux discours. Notre travail pour l’Église, spécialement auprès des jeunes devrait être ligne sur ligne, précepte sur précepte, un peu ici, un peu là, afin de donner aux esprits le temps d’assimiler les vérités qu’on leur a enseignées. Les enfants doivent être attirés vers le ciel non pas maladroitement, mais très doucement. -- TSS107.

Ce que signifie être ouvrier avec Dieu

« Exhorte de même les jeunes à être modérés, te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes œuvres et donnant un enseignement pur, digne, une parole saine, irréprochable, afin que l’adversaire soit confus, n’ayant aucun mal à dire de nous. »

Là où la piété sincère fait défaut, où la communion constante avec Dieu est négligée, la manière d’enseigner du moniteur de l’École du sabbat sera aride, ennuyeuse, ses paroles dénuées de la puissance nécessaire pour atteindre les cœurs. Être ouvrier avec Dieu dépasse de beaucoup le fait de se rendre la classe de l’École du sabbat, d’assister aux différentes réunions d’église, d’être un membre enseignant, et de rendre témoignage dans une assemblée. Cette tâche exige un cœur rempli d’un zèle ardent pour le salut des âmes en faveur desquelles le Christ est mort, une pleine sollicitude, un entier dévouement à la cause de Dieu, l’élaboration de plans destinés à rendre l’enseignement plus intéressant, la recherche de moyens permettant d’exercer une attraction en harmonie avec celle du Christ sur ceux qui écouteront, tout ceci afin que des âmes soient gagnées au Sauveur, et lui soient attachées par les liens de son amour infini.

L’œuvre gâchée par des efforts non consacrés

Ceux qui sont ouvriers avec Dieu ne reculeront pas devant l’accomplissement de leurs obligations sacrées. Pour l’amour du Christ, ils sont disposés à endurer fatigue, privations et reproches, prêts à supporter les rebuffades, bien que ce soit difficile et humiliant pour l’amour-propre. Jésus n’a-t-il pas été abreuvé de honte et d’insultes ?

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»