Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 66

lui est plus facile de les diriger, les influencer et les former. Les saints mobiles de nos principes chrétiens doivent être introduits dans notre vie. Le salut de nos élèves est l’intérêt le plus élevé confié au moniteur qui craint Dieu. Il est au service de Christ et il devrait concentrer ses efforts spécialement pour sauver les âmes de la perdition et les gagner à Christ ; voilà ce que Dieu demande des moniteurs. Une vie de piété, de pureté, d’effort soutenu dans l’accomplissement de toute tâche devrait caractériser chaque moniteur. Si le cœur brille de l’amour de Dieu, une affection pure, qui est essentielle, sera manifeste, des prières ferventes s’élèveront et des avertissements fidèles seront donnés. Ne mettez pas en danger les âmes qui vous ont été confiées en négligeant ces choses. Il est préférable de passer moins de temps à de longs discours ou dans une étude passionnante, et de s’occuper de ces devoirs négligés.

La persévérance récompensée

Après avoir déployé tous ces efforts, les moniteurs peuvent constater que les caractères de quelques-uns de ceux qui leur ont été confiés sont dénués de tout principe. Dans bon nombre de cas, ils ont un sens moral dépravé à cause d’un exemple pervers et de la négligence des parents dans l’exercice de la discipline. Même en y mettant tout leur cœur et toutes leurs énergies, les moniteurs ne réussiront pas à ramener ces jeunes à une vie de pureté et de sainteté ; et après s’être investis dans une discipline constante, un dévouement affectueux et de ferventes prières, ils seront déçus par ceux en qui ils avaient mis tant d’espoir. Pour ajouter à cela, les parents, n’ayant eu aucun pouvoir de contrebalancer l’influence de leur propre exemple et de leur formation maladroite, les abîmeront de reproches. Après avoir fait son devoir, ce sont ces découragements qui attendent le moniteur; mais il doit poursuivre son œuvre, travaillant avec foi, et se tenant vaillamment à son poste en se confiant en la présence de Dieu à ses côtés. D’autres seront gagnés à Christ et ils mettront leur influence au service du salut d’autres âmes. Que le pasteur, le directeur de l’École du sabbat et les moniteurs dans nos institutions s’unissent cœur et âme dans le but d’arracher nos jeunes à la ruine qui les attend. — FE 116, 117.

Élever le Christ

L’Évangile est la puissance et la sagesse de Dieu, s’il est correctement représenté par ceux qui professent être chrétiens. Christ crucifié pour nos péchés, voilà ce qui devrait pousser chaque âme à s’humilier devant Dieu et à reconnaître sa véritable valeur. Christ ressuscité des morts, Christ monté au ciel, Christ intercédant pour nous en la présence de Dieu, c’est la science du salut qu’il nous faut apprendre et enseigner à nos enfants et nos jeunes. Le Christ a dit : « Je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. » C’est l’œuvre qui incombe à jamais à chaque moniteur et elle ne doit pas être laissée au hasard, car même le travail d’éducation des enfants dans nos écoles nécessite la grâce abondante du Christ et la soumission du moi. Ceux qui, par nature, sont hargneux, s’exaspèrent facilement et ont développé l’habitude de critiquer, de penser à mal, devraient chercher un autre genre de travail qui ne reproduira aucun de leurs traits de caractère désagréables sur les enfants et les jeunes, car ils ont été rachetés à un trop grand prix. Le ciel voit dans l’enfant, l’homme ou la femme qu’il va devenir, avec des capacités et des forces qui,

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»