Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 84

Ne pas perdre de vue l’objectif

Le but de l’École du sabbat ne doit pas être perdu de vue dans les considérations d’ordre matériel. Ces préoccupations absorbent souvent le temps qui devrait être consacré à d’autres sujets importants. Nous devrions toujours nous garder des formes et des cérémonies qui éclipsent l’objet réel pour lequel nous travaillons. Il est dangereux de pousser à l’extrême l’organisation de l’École du sabbat au point de la rendre fatigante alors qu’au contraire elle devrait être une oasis de paix, de rafraîchissement et de bénédiction. — Témoignages pour l’Église, vol. 2, p. 654.

La pureté et la simplicité de l’École du sabbat ne doivent pas être étouffées par une variété infinie de formes qui empêchent d’accorder un temps suffisant aux intérêts spirituels. La beauté et le succès de l’École du sabbat résident dans la simplicité et dans le zèle qu’on apporte au service de Dieu. Sans ordre et sans règles on ne peut rien faire, mais il faut agir de façon à ne pas négliger des devoirs plus importants. Nous devons insister auprès des élèves moins sur le côté extérieur et davantage sur le salut de l’âme. Voilà le principe qui doit diriger l’École du sabbat. -- Id., p. 654.

Danger d’une froide rigidité

La vieille, vieille histoire de l’amour de Jésus, répétée par les moniteurs et les directeurs dont le cœur est animé de son amour, aura une puissance qui convaincra et convertira les âmes. Si l’amour et la tendresse de Jésus ont touché votre cœur, vous serez capable de travailler en faveur de vos élèves. La simplicité de l’Évangile ne doit pas être perdue de vue. Avec l’aide d’en haut nous pouvons accomplir un travail fidèle pour le Maître. On devrait toujours présenter aux élèves que tous nos efforts seront vains sans un travail du cœur.

Les moniteurs et les dirigeants devraient faire preuve d’affection et d’amour dans chacun de leurs gestes. Un dynamisme et un zèle sincère devraient faire place à une froide rigidité. L’amour de Jésus devrait être répandu dans toute l’école pour que les élèves reconnaissent qu’il constitue la plus haute éducation. La sévérité ou la critique ne devrait pas avoir place dans une école du sabbat ou à l’école d’église, ni dans les cœurs des moniteurs et de tous ceux qui dirigent l’école.

Que l’école ne se vante pas de ses structures ou de son organisation mais du bien accompli en amenant des âmes à Jésus-Christ. On peut fabriquer des machines qui fonctionnent avec une exactitude parfaite pour répondre au désir de l’homme, mais elles ne gagneront jamais aucune âme. De même, des écoles où prime la rigidité sont comme du marbre sans vie. Lorsque tous ceux qui sont rattachés à l’école comprennent la responsabilité de leur travail et sentent que tous leurs efforts ont une influence non

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»