Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 88

Une fidélité constante est nécessaire

Une fidélité patiente, constante et empreinte de prière telle que possédaient ces saints hommes de Dieu [Caleb, Anne et Dorcas] est rare ; mais l’Église ne peut prospérer sans elle. Elle s’avère nécessaire dans l’Église, dans l’École du sabbat et dans la société. -- TSS 109.

Une coopération qui porte fruit

Ceux qui exercent une charge à l’École du sabbat ont particulièrement besoin d’être remplis de l’Esprit du Christ. Ils ne peuvent être les collaborateurs du Maître si celui-ci n’habite pas leurs cœurs par la foi… Il est nécessaire de faire des efforts plus sérieux en faveur de l’éducation religieuse des enfants. Dans ce sens, dirigeants et moniteurs doivent s’efforcer de travailler d’un commun accord, et un esprit de coopération entre parents, enfants et membres officiants est hautement souhaitable. Que chacun de ces derniers recherche donc avec ardeur la sagesse et l’habileté nécessaires à la poursuite de l’effort efficace que Dieu réclame de lui. Il nous faut cultiver l’esprit de discernement qui nous permettra de saisir en temps voulu les occasions d’agir utilement et d’en tirer le meilleur parti possible. -- TSS 20.

Le Saint-Esprit est essentiel au succès

Les directeurs et les moniteurs de l’École du sabbat ont besoin de l’aide du Saint-Esprit pour être des éducateurs capables d’inspirer de nouvelles idées à leurs élèves tout en leur rappelant les choses déjà apprises. C’est le rôle de l’Esprit de faire comprendre clairement les œuvres du Christ afin que ceux qui sont chargés de parler du Rédempteur du monde puissent magnifier le Sauveur dans leurs classes. L’aide de l’Esprit est indispensable dans tout ce qui concerne l’École du sabbat, de façon à ce que ceux qui sont choisis pour occuper les postes importants de directeur et de moniteurs soient des hommes et des femmes de Dieu. — Témoignages pour l’Église, vol. 2, p. 657, 658.

Il n’est pas bon que l’école soit toujours dirigée par un seul homme, car il orientera cette dernière selon la façon de penser et les idées qui lui sont propres ; mais il devrait y avoir dans l’école des hommes qui soient capables d’insuffler des pensées nouvelles afin de la faire progresser dans la vie spirituelle. L’école peut être attachée à quelqu’un ayant servi longtemps et fidèlement, mais il faut prendre en considération le bien de l’école plutôt que les préférences personnelles des moniteurs ou des élèves. Lorsqu’il est évident qu’un changement serait avantageux pour l’école en plaçant des ouvriers qui savent par expérience ce que signifie avoir un fardeau pour les âmes, alors ne laissez rien entraver la voie au changement. Ceux qui n’ont pas l’ambition de se mettre en avant s’empresseront de saisir toute forme d’aide permettant aux élèves de l’École du sabbat d’avancer et de progresser quand bien même ils seraient remplacés au cours de ce remaniement. Les ouvriers plus âgés et plus expérimentés dans l’œuvre ont compris ce qui va aider la cause de Dieu, et les plus jeunes hommes, qui ne sont pas complètement exercés pour le travail, devraient suivre l’exemple des frères plus âgés qui se sont montrés fidèles envers ce qui leur avait été confié. Ils doivent apprendre par ce moyen la sagesse et la diplomatie qui leur assureront le succès essentiel à un bon travail…

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»