Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 92

de l’écho. Une vive sympathie s’établira entre eux, leurs collaborateurs et chacun des membres d’église.

Puissance dans la simplicité

Un bon éducateur est celui qui sait captiver l’esprit de ses auditeurs. Il parle peu mais avec ferveur. Ces paroles, procédant du cœur, sont empreintes de sympathie et révèlent l’amour des âmes. Son bagage scolaire est peut-être mince et ses dons peu nombreux, mais son attachement à l’œuvre de Dieu et son désir de travailler en toute humilité le qualifient pour éveiller un intérêt profond chez ceux qui l’écoutent et pour attirer le cœur des jeunes. Exempt de formalisme, il est à même de faire jaillir de l’esprit des moniteurs et des élèves des vérités spirituelles et intellectuelles comparables à des joyaux ; tout en instruisant les autres, il s’instruit lui-même. À ce niveau, les élèves n’ont pas à craindre quelque grand étalage de connaissances et sont à même de traduire en termes simples l’impression que la leçon leur aura laissée. Un intérêt profond et vivant est suscité dont l’école tout entière bénéficie. Grâce à la simplicité de l’Évangile du Christ ainsi manifestée, les cœurs sont touchés, ce qui permet de les façonner à l’image du Maître.

Une vive intelligence peut constituer un certain avantage mais la force morale de l’éducateur réside dans sa communion intime avec celui qui est la Lumière et la Vie. Son amour de l’humanité le pousse à se montrer soucieux de travailler à élever le niveau de celle-ci. Son cœur, rempli de pitié à l’égard de ses semblables, n’est pas toujours prêt à les condamner. Peu soucieux de se mettre en avant, l’opinion qu’il a de lui-même est modeste, car, l’humilité de Jésus caractérisant sa vie, il reconnaît la véracité de ces paroles du Christ : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. » De tels maîtres font grandement défaut. C’est avec ceux-là que Dieu désire travailler. « Recevez mes instructions, dit Jésus, car je suis doux et humble de cœur. » Un grand nombre de ceux qui sont engagés dans l’œuvre de l’École du sabbat ont besoin de la lumière d’en haut, car ils manquent du discernement spirituel qui leur permettrait de comprendre les besoins de ceux en faveur desquels ils travaillent…

Éviter la critique et la rudesse

Directeurs de l’École du sabbat, n’émettez ni plainte ni remontrance devant les moniteurs ou les élèves. Si vous désirez exercer une influence bénie, mettez tout cela de côté. Que l’ambiance heureuse que vous vous efforcez de créer vous suscite la sympathie générale ; que règles et plans que vous établissez reflètent, dans la mesure du possible, l’opinion de chacun. Il existe dans certaines écoles un esprit sévère et critique. On s’attache trop aux formes et aux règlements tandis que les choses les plus importantes, la miséricorde et l’amour de Dieu, sont négligées. Que la joie règne parmi vous. Si l’âme de quelques-uns est momentanément assombrie, qu’ils la libèrent au moment de passer le seuil de la chapelle. Une mère qui parle constamment de ses découragements et se plaint à ses enfants de leur manque d’égard ne peut exercer sur eux l’autorité désirable. Ainsi en est-il de même avec vous. Moniteurs et directeurs, si vous constatez une lacune, vous courez le risque, en en parlant, de voir votre influence

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»