Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 98

des maîtres est injustifiable s’il n’est semblable à celui qu’adopterait le Sauveur dans les mêmes circonstances. — Éducation, p. 324-326.

Discipline et ordre nécessaires

L’ordre et la discipline sont nécessaires à la bonne marche de nos écoles du sabbat. Les enfants qui les fréquentent devraient être amenés à apprécier les avantages dont ils jouissent et à se montrer soumis et obéissants. -- TSS 7,8.

Si le Sauveur habite dans son cœur (celui du moniteur) par la foi, toute forme de péché lui sera sensible. C’est ainsi que, tout en manifestant envers ses élèves les sentiments affectifs les mieux intentionnés, le moniteur comprendra aussi, en tant que serviteur fidèle, la nécessité de faire régner dans sa classe l’ordre et la discipline. Quand la vérité est reçue dans un cœur, l’amour du Sauveur se révèle dans le langage et la conduite toute entière. La Parole de Dieu devient vraiment vivante pour le moniteur ; son enseignement ne se borne pas à des paroles, mais procède des sources de la vie. -- TSS 25,26.

Garder la maîtrise de soi

Les élèves de votre classe peuvent se montrer mauvais, obstinés, enclins au mal, mettre peut-être votre patience sévèrement à l’épreuve, cependant leurs cœurs constituent le terrain dans lequel vous pouvez jeter la semence divine qui portera de bons fruits. Si le moniteur n’est pas rempli de l’Esprit de Dieu, il se découragera et en arrivera à perdre la maîtrise de lui-même ; une parole impatiente, une réprimande sévère lui échapperont alors, pouvant faire échouer ses efforts et détruire toute son influence. -- TSS 44.

Réprimande, accusation et irritation sont inutiles

Réprimander, accuser et s’irriter contre vos élèves lorsqu’ils font preuve de distraction ou d’espièglerie ne leur fait aucun bien. Souvenez-vous que vous devez être un ouvrier patient, que le Ciel tout entier s’intéresse au travail que vous faites et que l’œuvre de Dieu, où qu’elle s’accomplisse, signifie peine et souci au sujet des âmes. « Soyez des hommes, fortifiez-vous. » Demandez au Maître, qui passa volontairement par l’humiliation et la mort, ce qu’il désire que vous fassiez. À l’instar des ouvriers de la parabole, portez chez les banquiers -- l’œuvre de Dieu -- les talents qui vous ont été confiés afin que leur valeur double, triple ou décuple et, par la grâce du Christ, vous serez ainsi à même de faire une œuvre précieuse pour le Maître. Le trésor des ressources divines est à votre disposition. Par la prière et par la foi, saisissez-vous des promesses de Dieu et appliquez-les à vos besoins.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»