Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 129

Chapitre 20 — La famille et la ville

Les dangers de la vie citadine — La vie citadine est anormale et artificielle. L'âpreté au gain, le tourbillon des plaisirs et des jouissances, la soif du luxe et l'extravagance détournent la pensée du but que nous devons poursuivre, et ouvrent la porte à des maux sans nombre qui exercent sur la jeunesse un attrait presque irrésistible. L'une des tentations les plus subtiles et les plus dangereuses qui assaillent les enfants et la jeunesse des villes, c'est l'amour des plaisirs. Les jours de vacances, les sports et les jeux dont le nombre va sans cesse croissant, les détournent des humbles devoirs de l'existence. L'argent qui aurait dû être épargné pour un meilleur usage est ainsi gaspillé en amusements.1Le ministère de la guérison, 307, 308; Rayons de santé, 20.

Tenir compte de la santé — Les conditions physiques y sont souvent un danger pour la santé. Le contact toujours possible avec la maladie, l'air vicié, l'eau impure, les aliments malsains, les logements sombres, insalubres et exigus sont quelques-uns des maux nombreux qu'on y rencontre.

Il n'est pas conforme aux desseins de Dieu que les hommes s'entassent dans les villes. Il plaça nos premiers parents au milieu de scènes champêtres dont il voudrait nous faire jouir encore aujourd'hui. Plus nous nous rapprocherons du plan originel de Dieu, mieux nous obtiendrons la santé du corps et de l'esprit.2Le ministère de la guérison, 308; Rayons de santé, 20, 21.

Des centres d'iniquité — Les villes abondent en tentations. Nous devrions organiser notre œuvre de manière à éloigner le plus possible notre jeunesse des sources de contamination.3Country Living, 30.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»