Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 169

Chapitre 27 — Un cercle sacré

Sainteté du cercle familial — Il y a autour de chaque famille un cercle sacré qui doit être sauvegardé. Nul étranger n'a le droit d'y pénétrer. Le mari et la femme devraient s'appartenir réciproquement. La femme ne devrait avoir aucun secret qu'elle cache à son mari mais révèle à autrui; de même, le mari ne devrait cacher aucun secret à sa femme tout en le révélant à autrui. Le cœur de la femme devrait être une tombe où elle enfouit les fautes de son mari et, de même, le cœur du mari un tombeau où il ensevelit celles de sa femme. Aucun des conjoints ne devrait se permettre de s'amuser aux dépens des sentiments de l'autre. Jamais le mari et la femme ne devraient, de quelque façon que ce soit, se plaindre l'un de l'autre devant autrui, car il arrive souvent qu'en se permettant une plaisanterie légère parfaitement innocente en apparence, on s'engage dans des querelles entre époux et parfois même avec autrui. Il m'a été montré qu'un bouclier sacré doit protéger chaque famille.1Manuscrit 1, 1855.

Le cercle familial devrait être considéré comme un lieu sacré, une illustration du ciel, un miroir dans lequel nous nous réfléchissons nous-mêmes. Nous pouvons avoir des amis et des connaissances, mais ils ne doivent pas s'ingérer dans la vie du foyer. Il doit y exister un sens très prononcé de la propriété, destiné à favoriser l'impression d'aise, de quiétude et de confiance.2Lettre 17, 1895.

La langue, les oreilles et les yeux doivent être sanctifiés — Les membres du cercle familial doivent prier afin que Dieu sanctifie leur langue, leurs oreilles, leurs yeux et leur organisme tout entier. Lorsque nous entrons en contact avec le mal, nous ne sommes pas obligés d'être terrassés par

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»