Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 215

Chapitre 37 — Erreurs à éviter

Quand le mari exige de sa femme qu'elle porte une double charge — Dans beaucoup de familles, il y a des enfants d'âges différents dont certains requièrent non seulement l'attention et des sages directives de leur mère, mais aussi l'influence plus ferme, quoique affectueuse, de leur père. Peu de pères considèrent ce problème avec l'attention qu'il mérite. Ils négligent leur propre devoir, obligeant ainsi leur épouse à porter un fardeau plus pesant, tandis qu'ils se permettent de critiquer et de blâmer la façon dont elles s'y prennent. Accablée par les responsabilités et les reproches, la pauvre femme se sent bien souvent coupable et pleine de remords pour ce qu'elle a fait en toute innocence ou par ignorance, et la plupart du temps après avoir agi au mieux, vu les circonstances. Et ainsi, au lieu que ses pénibles efforts soient appréciés et approuvés et que son cœur soit rempli de joie, elle doit marcher à travers un nuage de tristesse et de réprobation; et cela, parce que son mari, ignorant ses propres devoirs, exige d'elle qu'elle remplisse seule des responsabilités qui leur incombent à tous deux. Il ne voit que sa propre satisfaction sans tenir compte des circonstances.1The Signs of the Times, 6 décembre 1877.

Beaucoup de maris ne comprennent ni n'apprécient à leur juste valeur les obligations et les soucis qui incombent à leur femme, généralement astreinte pendant toute la journée à d'incessantes tâches domestiques. Ils rentrent souvent à la maison le visage renfrogné, sans introduire le moindre rayon de soleil dans le cercle familial. Si le repas n'est pas prêt, l'épouse fatiguée — qui est à la fois maîtresse de maison, nurse, cuisinière et femme de ménage — est accablée de reproches. Le mari exigeant peut condescendre à prendre l'enfant qui pleure des bras de sa pauvre mère, afin que la

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»