Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 353

Chapitre 60 — Economes de Dieu

Dieu doit être reconnu comme le propriétaire de toutes choses — Reconnaître que Dieu possède toutes choses est la base de l'honnêteté et du vrai succès en affaires. Créateur de tout ce qui existe, il en est le véritable propriétaire. Nous ne sommes que ses gérants. Tout ce que nous possédons, il nous l'a confié pour que nous l'employions conformément à ses ordres.

C'est là une obligation qui repose sur tout homme et qui concerne tous les domaines de son activité. Que nous le voulions ou non, nous sommes des économes, pourvus par Dieu de talents et de moyens divers, et placés dans le monde pour y accomplir le travail qu'il nous a fixé.1Education, 136.

L'argent ne nous appartient pas; pas plus que les maisons, les terres, les tableaux, les meubles, les vêtements et objets de luxe. Ici-bas nous sommes des pèlerins, des étrangers. Dieu nous permet seulement d'user des choses nécessaires à la vie et à la santé. ... Nos bénédictions temporelles nous sont confiées comme un dépôt, afin que nous prouvions si oui ou non Dieu peut nous confier un jour les richesses éternelles. Si nous passons ce test avec succès, Dieu nous donnera ces biens qu'il a rachetés et qu'il nous a promis: la gloire, l'honneur et l'immortalité.2Lettre 8, 1889.

Un jour, il nous faudra rendre des comptes — Si nos membres voulaient seulement confier à la cause de Dieu l'argent qui leur a été donné en dépôt, surtout celui qu'ils dépensent pour leurs satisfactions égoïstes et leurs passions, ils se constitueraient un trésor dans le ciel et accompliraient ainsi l'œuvre véritable que Dieu exige d'eux. Mais, comme l'homme riche de la parole, ils vivent de manière somptueuse.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»