Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 479

Chapitre 79 — Nécessité des loisirs

Vues extrêmes au sujet des loisirs — Il est des gens à l'imagination malade pour lesquels la religion est un tyran qui les gouverne avec une verge de fer. Ils se lamentent constamment sur leur dépravation et gémissent sur quelque péché imaginaire. Il n'y a pas d'amour dans leurs cœurs. Ils arborent toujours une mine renfrognée et sont choqués par le rire innocent d'un enfant ou de quelque autre personne. Ils considèrent toute récréation et tout amusement comme un péché; ils pensent que l'on doit affecter sans cesse une expression aussi austère et rigide que la leur. C'est là un extrême. L'autre extrême consiste à croire que l'esprit doit être constamment prêt à inventer de nouveaux divertissements afin de conserver la santé. On prend ainsi l'habitude de se trouver dans un état de continuelle excitation et on se sent mal à l'aise dès qu'on en est privé. Les vrais principes du christianisme procurent à tous une source de bonheur dont on ne peut mesurer ni la hauteur, ni la profondeur, ni la longueur, ni la largeur.1Témoignages pour l'Église 1:201, 202.

Stimuler l'esprit et vivifier le corps — S'ils se proposent d'employer leurs forces physiques et mentales pour la gloire de Dieu, les chrétiens ont le droit et le devoir de stimuler leur esprit et de fortifier leur corps par de saines récréations. Nos distractions ne devraient pas dégénérer en scènes de gaieté folle, qui tournent finalement à la bêtise. Nous pouvons les concevoir d'une manière telle qu'elles élèvent ceux qui y prennent part, leur fassent du bien, et qu'elles nous qualifient tous pour un meilleur accomplissement des devoirs qui nous incombent en tant que chrétiens.2The Health Reformer, juillet 1871.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»