Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Foyer Chrétien, Page 498

Les chrétiens ont à leur disposition de nombreuses occasions d'être heureux, et ils peuvent dire sans se tromper quels sont les plaisirs permis et valables. Il leur est possible de jouir de distractions qui ne faussent pas l'esprit et n'avilissent pas l'âme; qui n'entraînent aucune frustration ni ne laissent derrière elles une influence néfaste détruisant le respect de soi-même ou paralysant toute efficacité. Tant qu'ils peuvent rester en communion avec Jésus et conserver un esprit de prière, ils sont en parfaite sécurité.4The Review and Herald, 19 août 1884.

Tout divertissement auquel vous pouvez prendre part, et pour lequel vous pouvez, en toute conscience, solliciter l'approbation divine, ne présente aucun danger. Mais toute distraction qui vous rend incapable de prier dans le secret, de vous consacrer à l'adoration ou de participer à une réunion de prière, est dangereuse.5Counsels to Parents, Teachers, and Students, 337.

Des amusements qui disqualifient pour l'accomplissement des tâches quotidiennes — Nous appartenons à cette catégorie de personnes qui croient que leur privilège est de glorifier Dieu chaque jour de leur vie et qu'elles ne sont pas dans ce monde uniquement pour s'amuser et pour se faire plaisir. Nous sommes ici-bas pour rendre service à l'humanité et exercer une influence bienfaisante sur la société; si nous permettons à notre esprit de s'aventurer sur le même terrain que celui des gens qui n'aspirent qu'à s'étourdir dans la vanité et les plaisirs, de quelle utilité serons-nous pour nos contemporains? Quelle bénédiction pourrons-nous apporter à ceux qui nous entourent? Nous ne saurions impunément nous complaire dans des amusements qui nous disqualifieront pour l'accomplissement fidèle de nos devoirs quotidiens.6Counsels to Parents, Teachers, and Students, 336.

Le bien-être de notre âme ne devrait jamais être compromis par l'assouvissement de nos désirs égoïstes, et nous devrions éviter les divertissements qui fascinent tellement l'esprit que les tâches quotidiennes paraissent insipides et dépourvues d'intérêt. En s'adonnant à de tels plaisirs, on s'engage sur une mauvaise voie, et Satan fausse à ce point les idées que l'on finit par ne plus pouvoir distinguer le bien du mal. Dans ces conditions, le respect et la soumission à l'égard des parents, tels que le Christ les a manifestés, semblent insupportables.7The Youth's Instructor, 27 juillet 1893.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»