Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Heureux ceux qui, Page 43

La spiritualité de la loi

“Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.”

Ce fut Jésus-Christ lui-même qui proclama la loi de Dieu du haut des rochers formidables et enflammés du Sinaï, au milieu des grondements du tonnerre. Le sommet de la montagne, ébranlée tout entière par la présence de l'Éternel, était enveloppé du feu de la gloire de Dieu. Saisies d'une sainte terreur, prosternées le visage contre terre, les armées d'Israël entendaient énoncer les préceptes sacrés de la loi. Quel contraste entre cette scène et celle du Sermon sur la montagne!

C'est en effet sous un ciel d'été et dans un silence à peine troublé par le chant des oiseaux que Jésus exposa avec tant d'amour les règles de son royaume, à savoir les principes mêmes de la loi du Sinaï.

Lors de la scène du mont Sinaï, Israël, dégradé par un long esclavage en Égypte, avait grand besoin d'être pénétré de la puissance et de la majesté divines; Dieu pourtant se révéla à lui comme un Dieu d'amour.

L'Éternel est venu de Sinaï,
Il s'est levé sur eux de Séir,
Il a resplendi de la montagne de Paran,
Et il est sorti du milieu des saintes myriades:
Il leur a, de sa droite, envoyé le feu de la loi.
Oui, il aime les peuples;
Tous ses saints sont dans ta main.
Ils se sont tenus à tes pieds,
Ils ont reçu tes paroles.

Deutéronome 33:2, 3.

Voici en quelles paroles, héritage inoubliable et séculaire, Dieu montra sa gloire à Moïse: “L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»