Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Heureux ceux qui, Page 85

L'oraison dominicale

“Voici donc comment vous devez prier.”

Notre Sauveur a prononcé deux fois l'oraison dominicale. La première fois en présence de la multitude, dans le Sermon sur la montagne et la seconde fois, quelques mois plus tard, en présence de ses disciples. Pendant quelques instants, ceux-ci s'étaient éloignés de leur Maître et voici qu'à leur retour ils le trouvèrent en prière. Apparemment inconscient de leur présence, il continua de s'exprimer à haute voix. Son visage resplendissait; il semblait voir l'Invisible et dans ses paroles résidait une puissance de vie qui n'appartient qu'à ceux qui s'entretiennent avec Dieu.

Une émotion profonde étreignit les disciples. Ils avaient remarqué que, fréquemment, leur Maître restait de longues heures en communion avec son Père. Ses journées se passaient à soulager les foules qui se pressaient autour de lui, à démasquer les perfides sophismes des rabbins, et ce labeur incessant le laissait souvent si épuisé que sa mère, ses frères et même ses disciples avaient craint pour sa vie. Mais lorsqu'il revenait de ces heures de prière qui terminaient ces journées épuisantes, ils étaient frappés de la paix dont son visage était empreint et de la fraîcheur qui émanait de toute sa personne. C'est après avoir passé des heures avec Dieu que jour après jour il allait porter aux hommes la lumière du ciel. Les disciples en étaient arrivés à établir un rapport entre ses moments de prière et la puissance de ses paroles et de ses œuvres. Aussi, tandis qu'en cet instant ils écoutaient ses supplications, leurs cœurs étaient saisis de crainte et d'humilité. Et lorsqu'il cessa de prier, conscients de leurs besoins, ils s'écrièrent “Seigneur, enseigne-nous à prier.” Luc 11:1.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»