Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

L'histoire de la Rédemption, Page 356

Chapitre 48 — Les progrès de la Réforme

En Allemagne, un nouvel empereur, Charles Quint, était monté sur le trône. Les émissaires du pape s'empressèrent de venir le féliciter et l'engagèrent à user de son pouvoir contre la Réforme. Par ailleurs, l'électeur de Saxe, à qui l'empereur devait en grande partie sa couronne, suppliait ce dernier de ne rien faire contre Luther sans le consulter.

Sur ces entrefaites, l'attention de tous les partis se dirigea vers l'assemblée des Etats germaniques (appelée la diète) qui se tint à Worms peu après l'accession au trône de Charles Quint. Des questions politiques et des intérêts importants devaient être examinés par cette assemblée nationale. Pourtant, ces sujets ne semblaient que des vétilles comparativement au cas du moine de Wittenberg.

Charles Quint avait préalablement chargé l'électeur de Saxe d'amener avec lui Luther pour qu'il comparaisse devant la diète, en assurant le réformateur de sa protection et une entière liberté de discussion avec des personnes compétentes sur les questions en litige. De son côté, Luther désirait vivement rencontrer l'empereur.

Les amis de Luther furent pris de peur: connaissant les préjugés et la haine de ses ennemis, ils craignaient que le sauf-conduit qui lui avait été accordé ne soit pas respecté, et ils le supplièrent de ne pas exposer sa vie. Il leur répondit: “Les papistes ne désirent pas ma comparution à Worms, mais ma condamnation et ma mort. Qu'importe! Priez non pour moi, mais pour la Parole de Dieu”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»