Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 178

Chapitre 20 — Si vous ne voyez des miracles

Ce chapitre est basé sur Jean 4:43-54.

De retour de la Pâque, les Galiléens racontèrent les œuvres merveilleuses de Jésus. La condamnation prononcée sur ses actes par les dignitaires de Jérusalem ouvrit la voie devant lui en Galilée. C’est qu’en effet les abus commis dans le temple étaient déplorés par plusieurs, ainsi que l’avarice et l’arrogance des prêtres. On espérait que cet homme qui avait mis les chefs en fuite serait le Libérateur attendu. Des nouvelles arrivèrent qui paraissaient confirmer ces brillants espoirs. On entendit dire que le prophète s’était annoncé comme étant le Messie.

Les habitants de Nazareth, toutefois, ne croyaient pas en lui. Raison pour laquelle Jésus ne visita pas Nazareth en se rendant à Cana. Comme le Sauveur l’a dit à ses disciples, aucun prophète n’est honoré dans son pays. Les hommes estiment un caractère selon ce qu’ils sont eux-mêmes capables d’apprécier. Les esprits étroits et charnels jugeaient le Christ selon son humble naissance, son apparence modeste, ses travaux quotidiens. Ils étaient incapables d’apprécier la pureté d’un esprit exempt de toute souillure.

La nouvelle du retour du Christ à Cana se répandit rapidement à travers la Galilée, faisant naître l’espoir chez ceux qui étaient souffrants et en détresse. A Capernaüm, un Juif de famille noble, officier du roi, avait un fils atteint d’une maladie apparemment incurable, condamné par les médecins. Le père, ayant entendu parler de Jésus, décida d’aller lui demander secours. L’enfant était si malade que l’on craignait qu’il ne pût vivre jusqu’à son retour; néanmoins l’officier pensa qu’il devait

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»