Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 257

Chapitre 28 — Lévi-Matthieu

Ce chapitre est basé sur Matthieu 9:9-17; Marc 2:14-22; Luc 5:27-39.

De tous les fonctionnaires romains établis en Palestine, aucun n’était plus détesté que les péagers. Le fait que les impôts étaient payés au profit d’un pouvoir étranger était un sujet continuel d’irritation pour les Juifs. Cela leur rappelait que leur indépendance avait pris fin. Les percepteurs d’impôts n’étaient pas seulement des instruments de l’oppression romaine; ils s’enrichissaient eux-mêmes par des extorsions, aux dépens de la population. Le Juif qui acceptait cette fonction des mains des Romains était considéré comme un traître qui déshonorait la patrie. On le méprisait comme un apostat, on lui assignait la dernière place dans la société.

Lévi-Matthieu appartenait à cette classe; or il fut le premier, après les quatre disciples de Génésareth, à être appelé au service du Christ. Alors que les pharisiens avaient jugé Matthieu d’après son emploi, Jésus vit en lui un homme au cœur ouvert à la réception de la vérité. Matthieu avait écouté l’enseignement du Sauveur. Convaincu de son état de péché par l’action de l’Esprit de Dieu, il désirait être secouru par le Christ; mais, habitué à l’esprit d’exclusivité des rabbins, il ne pensait pas un instant que le grand Maître pût s’occuper de lui.

Assis un jour à son banc, le péager vit Jésus s’approcher. Grand fut son étonnement de s’entendre dire: “Suis-moi.”

“Matthieu se leva et le suivit.” Il n’hésita pas à la pensée qu’il échangeait une situation lucrative contre la pauvreté et la peine. Il lui suffisait d’être avec Jésus, d’entendre ses paroles, de se vouer à son œuvre.

Les disciples appelés précédemment avaient réagi de la même manière. Quand Jésus ordonna à Pierre et à ses

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»