Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 268

Chapitre 29 — Le Sabbat

Le Sabbat a été sanctifié à la création. Il a été mis à part pour l’homme “pendant que les étoiles du matin entonnaient des chants d’allégresse et que les fils de Dieu poussaient des acclamations”. La paix étendait son aile sur le monde; car la terre était en harmonie avec le ciel. “Dieu contempla ce qu’il avait fait et il vit que cela était très bien”;1Job 38:7; Genèse 1:31. et il se reposa avec la joie de l’œuvre accomplie.

S’étant reposé lui-même le jour du sabbat, “Dieu bénit le septième jour et le sanctifia”, — c’est-à-dire le mit à part pour un saint usage. Il le donna à Adam comme jour de repos. C’était un mémorial de l’œuvre créatrice, un signe de la puissance et de l’amour divins. L’Ecriture dit: “Il a perpétué le souvenir de ses œuvres merveilleuses.” “Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages.”1Genèse 2:3; Psaumes 111:4; Romains 1:20.

Tout a été créé par le Fils de Dieu. “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. ... Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.”2Jean 1:1-3. Le sabbat, en tant que mémorial de la création, est un gage de l’amour et de la puissance du Christ.

Le sabbat dirige les pensées vers la nature et nous introduit dans la communion du Créateur. Dans le chant des oiseaux, dans le murmure des arbres, et dans le bruit de la mer, nous continuons d’entendre la voix de celui qui s’entretenait avec Adam en Eden, vers le soir. La contemplation de sa puissance dans la nature a un effet consolant, car la Parole qui a créé toutes choses promet la vie à nos âmes. “Dieu qui a dit: La

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»