Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 357

Chapitre 39 — Donnez-leur vous-mêmes à manger

Ce chapitre est basé sur Matthieu 14:13-21; Marc 6:32-44; Luc 9:10-17; Jean 6:1-13.

Le Christ s’était retiré avec ses disciples en un lieu écarté, mais leur tranquillité n’allait pas tarder à être troublée. Dès que la foule s’aperçut de l’absence du Maître, on se demanda: Où est-il? Quelqu’un avait vu la direction suivie par le Christ et ses compagnons. Plusieurs se mirent à leur recherche, en suivant la côte; d’autres s’embarquèrent pour traverser le lac. La Pâque étant proche, des bandes de pèlerins, venus de loin ou de près, et se rendant à Jérusalem, s’assemblèrent pour voir Jésus. Ils se trouvèrent bientôt au nombre de cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. Avant même que le Christ eût débarqué, une multitude l’attendait. Il réussit toutefois à aborder sans être aperçu, et put ainsi passer un moment à l’écart avec ses disciples.

Du haut d’une colline, il considéra la foule en mouvement. Son cœur fut ému de compassion. Bien qu’on fût venu troubler son repos, il ne manifesta point d’impatience. Il vit un besoin plus pressant qui réclamait ses soins, en observant les gens dont le nombre augmentait sans cesse. Il “en eut compassion, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger”. Abandonnant sa retraite, il trouva un lieu convenable afin de pouvoir s’occuper d’eux. Prêtres et anciens ne leur avaient fait aucun bien; mais les eaux salutaires de la vie découlèrent du Christ dès qu’il se mit à enseigner à cette foule la voie du salut.

Le peuple écoutait les paroles de grâce qui sortaient si librement des lèvres du Fils de Dieu. Ces bonnes paroles, si simples et si claires, étaient pour leurs âmes comme un baume de Galaad. Sa main guérissante rendait la vie aux mourants, la santé aux malades, le bonheur aux affligés. Ce jour-là ce fut le ciel

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»