Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 387

Chapitre 42 — La tradition

Ce chapitre est basé sur Matthieu 15:1-20; Marc 7:1-23.

S’attendant à voir Jésus, à l’occasion de la Pâque, les scribes et les pharisiens lui avaient préparé un piège. Mais Jésus, connaissant leurs desseins, ne se présenta pas. “Alors, des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus.” Voyant qu’il n’allait pas à eux, ils allèrent à lui. On avait pu croire pendant quelque temps que la population de la Galilée accueillerait Jésus en qualité de Messie, et que le pouvoir de la hiérarchie serait brisé dans cette contrée. La mission des douze, en montrant l’étendue de l’œuvre du Christ et en mettant les disciples en conflit plus direct avec les rabbins, avait réveillé l’envie des chefs à Jérusalem. Les espions, envoyés à Capernaüm au début du ministère de Jésus, avaient essayé d’établir par des preuves l’accusation de violation du sabbat; ce fut en vain. Néanmoins les rabbins, décidés à réaliser leur dessein, envoyèrent une nouvelle députation afin de connaître les intentions du Christ et de découvrir quelque chef d’accusation contre lui. Ainsi que la première fois, on lui reprocha de méconnaître les préceptes traditionnels encombrant la loi de Dieu. On s’était proposé, en rétablissant ces préceptes, de sauvegarder l’observation de la loi, et, peu à peu, on en était venu à les considérer comme plus sacrés que la loi elle-même. On allait jusqu’à leur accorder la préférence lorsqu’ils se trouvaient en conflit avec les commandements donnés au Sinaï.

On insistait plus particulièrement sur la valeur des purifications rituelles. Négliger les cérémonies servant de préliminaires aux repas était considéré comme un grand péché, punissable dans ce monde et dans l’autre; et l’on estimait faire une œuvre méritoire en tuant le coupable.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»