Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 43

Chapitre 6 — Nous avons vu son étoile

Ce chapitre est basé sur Matthieu 2.

“Jésus était né à Bethléhem de Judée, au temps du roi Hérode. Des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus l’adorer.”

Ces mages d’Orient étaient des philosophes. Ils appartenaient à une classe nombreuse et influente, comprenant des hommes de haute naissance, ainsi que la plupart des riches et des savants de leur nation. Certains, parmi eux, abusaient de la crédulité du peuple; d’autres, hommes droits, étudiant les vérités inscrites par la Providence dans la nature, étaient respectés à cause de leur intégrité et de, leur sagesse. Parmi ces derniers se trouvaient les mages qui vinrent voir Jésus.

La lumière divine a toujours resplendi au sein des ténèbres du paganisme. En scrutant le ciel étoilé pour y découvrir le mystère caché dans ses sentiers lumineux, ces mages contemplaient la gloire du Créateur. Désireux d’obtenir une connaissance plus complète, ils se tournèrent vers les Ecritures hébraïques. On conservait précieusement, dans leur pays, des écrits prophétiques annonçant la venue d’un instructeur divin. Balaam appartenait à la classe des magiciens, bien qu’il fût, à un moment donné, prophète de Dieu. Sous l’influence du Saint-Esprit, il avait prédit la prospérité d’Israël et l’apparition du Messie; la tradition conservait de siècle en siècle ses prophéties. Mais l’avènement du Sauveur se trouvait plus clairement révélé dans l’Ancien Testament. Les magiciens apprirent, avec bonheur, que la venue du Messie était proche, et que le monde entier allait être rempli de la connaissance de la gloire du Seigneur.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»