Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 494

Chapitre 54 — Le bon Samaritain

Ce chapitre est basé sur Luc 10:25-37.

Par l’histoire du bon Samaritain, le Christ nous fait comprendre que la vraie religion ne consiste pas en des systèmes, des credo ou des rites, mais en l’accomplissement d’œuvres de miséricorde, en la bienfaisance, la vraie bonté.

Alors que le Christ enseignait le peuple, un “docteur de la loi se leva et lui dit, pour le mettre à l’épreuve: Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?” Toute l’assemblée, haletante, attendait la réponse de Jésus. Les prêtres et les rabbins avaient poussé ce docteur de la loi à formuler cette question dans l’intention d’embarrasser le Christ. Mais le Sauveur, se refusant à toute controverse, voulut que la solution fût donnée par celui-là même qui posait le problème. “Qu’est-il écrit dans la loi? dit-il. Qu’y lis-tu?” Comme les Juifs l’accusaient toujours de faire peu de cas de la loi donnée au Sinaï, Jésus plaça la question du salut sur le terrain de l’obéissance aux commandements de Dieu.

Le docteur de la loi dit: “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.” Jésus lui dit: “Tu as bien répondu ...; fais cela, et tu vivras.”

Le légiste n’approuvait ni la position ni l’œuvre des pharisiens. Il avait étudié les Ecritures avec le désir d’en connaître la vraie signification. Cette question revêtait à ses yeux un intérêt vital; aussi demanda-t-il sincèrement: “Que dois-je faire?” Dans sa réponse concernant les exigences de la loi, il négligea la masse énorme des préceptes cérémoniels, auxquels il n’attachait aucune valeur, et il rappela les deux grands principes dont dépendent la loi et les prophètes. Cette réponse, louée par le

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»