Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 687

Chapitre 74 — Gethsémané

Ce chapitre est basé sur Matthieu 26:36-56; Marc 14:32-50; Luc 22:39-53; Jean 18:1-12.

Suivi de ses disciples, le Sauveur s’achemine lentement vers le jardin de Gethsémané. La lune est dans son plein; elle resplendit dans un ciel sans nuage. Les tentes des pèlerins sont plongées dans le silence.

Jésus avait eu, avec ses disciples, une conversation animée; cependant, à mesure qu’ils s’approchaient de Gethsémané, son attitude devenait étrangement silencieuse. Souvent il était venu méditer et prier là. En cette nuit où devait avoir lieu sa dernière agonie, il éprouvait une douleur qu’il n’avait jamais ressentie. Durant toute sa vie terrestre, il avait marché dans la lumière de la présence divine. Alors qu’il se trouvait en conflit avec des hommes qu’inspirait l’esprit de Satan, il pouvait dire: “Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.”1Jean 8:29. Mais cette fois il paraissait privé de la présence réconfortante de la lumière divine. Il était maintenant compté parmi les transgresseurs. Il lui fallait porter le poids de la culpabilité de l’humanité déchue. L’iniquité de nous tous devait reposer sur celui qui n’avait pas connu le péché. Le péché lui paraît si redoutable, le fardeau de la faute est si lourd, qu’il a lieu de craindre de se trouver, pour toujours, privé de l’amour de son Père. Sachant quelle aversion Dieu éprouve pour le péché, il s’écrie: “Mon âme est triste jusqu’à la mort.”

En approchant du jardin, les disciples avaient remarqué le changement soudain qui s’était produit chez le Maître. Ils ne l’avaient encore jamais vu aussi abattu et silencieux et n’osaient lui demander la cause de sa tristesse. A mesure qu’il avançait, cette angoisse augmentait. Il chancelait comme s’il allait

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»