Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Jésus-Christ, Page 746

s’enfuir. On l’avait conduit à Anne, puis à Caïphe, ensuite à Pilate. Pilate l’avait envoyé à Hérode, Hérode l’avait renvoyé à Pilate. Les injures avaient succédé aux injures, les moqueries aux moqueries; par deux fois le Christ avait subi le supplice de la flagellation. Tout ce qui s’était passé au cours de cette nuit-là était de nature à soumettre à la plus rude épreuve l’âme d’un homme. Lui, pourtant, n’avait pas défailli. Il n’avait pas prononcé un seul mot qui ne fût à la gloire de Dieu. Pendant tout ce procès qui n’avait été qu’une farce ridicule, il s’était conduit avec fermeté et dignité. Mais lorsque la croix fut posée sur lui, après la seconde flagellation, la nature humaine ne pouvait pas en supporter davantage; Jésus tomba sans connaissance, sous le faix.

La foule qui suivait le Sauveur le vit chanceler, sans éprouver la moindre compassion. Elle se moqua du fait qu’il ne pouvait porter cette lourde croix. Cependant, on lui imposa de nouveau le fardeau et, de nouveau, il tomba évanoui, sur le sol. Ses persécuteurs virent qu’il ne pouvait le porter plus loin, et ils se demandèrent qui consentirait à prendre cette charge humiliante. Les Juifs ne pouvaient le faire, de crainte de contracter une souillure qui les empêcherait d’observer la Pâque. Personne, même parmi la populace, ne voulait s’abaisser à porter la croix.

Mais voici qu’un étranger, Simon de Cyrène, qui venait des champs, se trouve sur le passage de la foule. Il entend les paroles injurieuses et ordurières; il entend répéter avec mépris: Faites place au roi des Juifs. Il s’arrête étonné, et comme il laisse voir quelque compassion, on le saisit et on place la croix sur ses épaules.

Simon avait entendu parler de Jésus. Ses fils étaient croyants, mais lui-même n’était pas au nombre des disciples. Ce fut pour Simon une bénédiction de porter la croix au Calvaire, et il en garda une reconnaissance éternelle à la Providence. Il fut amené, par là, à se placer volontairement et joyeusement sous la croix du Christ.

Un certain nombre de femmes se trouvent dans la foule qui accompagne l’innocent jusqu’au lieu du supplice. Leur attention est fixée sur Jésus. Quelques-unes l’ont déjà vu auparavant et lui

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»