Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 114

Jésus-Christ aime le pécheur, 18 avril

Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. Jean 13:34.

Certains abritent un esprit d'envie et de haine contre leurs frères, l'appelant l'Esprit de Dieu. Certains vont à droite et à gauche en rapporteurs, accusant et condamnant, noircissant les caractères, instillant la malveillance dans les cœurs. Ils transmettent de faux rapports aux portes de leurs voisins qui, en écoutant les calomnies, perdent l'Esprit de Dieu. Même la messagère de Dieu, qui témoigne de sa vérité devant le peuple, n'est pas épargnée. ...

Ce péché est pire que le péché d'Acan. Son influence n'est pas limitée à ceux qui le chérissent. C'est une racine d'amertume, qui en souille beaucoup. Dieu ne peut bénir l'Eglise avant qu'elle ne soit purgée de ce mal qui corrompt les pensées, l'esprit et l'âme de ceux qui ne se repentent pas et ne changent pas leur ligne de conduite.

Celui qui est renouvelé dans l'Esprit du Christ n'aimera pas seulement Dieu; il aimera aussi ses frères. Ceux qui font erreur doivent être traités comme il est indiqué dans la Parole de Dieu: “Frères, si un homme vient à être surpris en faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté.” Galates 6:1.

Le mal doit être réprouvé clairement et fidèlement. Mais que celui qui se charge de cette tâche s'assure d'abord qu'il n'est pas séparé du Christ par de mauvaises actions. Il doit pouvoir reprendre ceux qui errent dans un esprit d'humilité. Dans le cas contraire, il ne devrait pas chercher à corriger ou reprendre ses frères, car il causera deux plaies au lieu d'en guérir une.

Que les hommes soient attentifs à la manière dont ils traitent ceux qui ont été rachetés par le sang du Christ. Qu'ils n'oublient pas la prière offerte par le Sauveur juste avant de quitter ses disciples pour la longue lutte du jardin de Gethsémané. Qu'ils n'oublient pas la grande valeur accordée aux êtres humains en les rachetant au prix du sacrifice de sa vie. Beaucoup semblent disposés à blesser et à meurtrir le cœur de leurs frères. Suivent-ils l'exemple que le Christ leur a laissé? Où, dans les récits de ses rapports avec les hommes, trouvent-ils de quoi justifier leur manque de longanimité et de patience envers leurs frères? ...

Ce qui distingue les chrétiens des mondains, c'est la manifestation de leur ressemblance avec le Christ, qui par sa pure influence débarrasse le cœur de l'égoïsme. — Manuscrit 52, 1902 (18 avril 1902), “Extraits”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»